Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 09:30

Aspect détoxifiant de la phycocyanine

 

La phycocyanine, principale pigment de la Spiruline, est constituée d’une structure protéique reliée à un chromophore : molécule de phycocyanobiline constituée du groupe bilin.

Ce groupe bilin est constitué du noyau tétrapyrrolique de la chlorophylle ouvert et sans magnésium. Sa structure est voisine de celle des pigments biliaires.

Une trentaine de publications internationales attestent des nombreuses et diverses activités biologiques qu’offre la phycocyanine: antioxydant et antiradicalaire, antinflamatoire, antitumorale, protection cellulaire, protection contre les radiations, amélioration du système immunitaire, hépatoprotection et détoxification.

Sur ce dernier aspect, il est intéressant de constater la puissante capacité de la phycocyanine à protéger le foie et les reins vis à vis de molécules chimiques et autres métaux lourds.

 

Comme nous l’avons déclaré lors des 108ème (1988) et 109ème (1989) réunions annuelles de la société pharmaceutique du Japon et de la seconde réunion de la société internationale pour la recherche d’oligo-éléments dans le corps humain (ISTERH en 1989), il est possible d’inhiber les effets toxiques du chlorure mercurique chez les rats en les soumettant à un régime de poudre de CE-2 (CLEA Japon Inc., Tokyo) contenant 30% de Spirulina platensis.

 

Nous avons poursuivi nos études sur les effets protecteurs de la Spiruline contre les effets toxiques du mercure et plus particulièrement sur l’effet suppressif de la Spiruline sur la toxicité du chlorure mercurique.

 

Tous les rats qui ont uniquement du mercure sont morts le 4ème jour. En revanche, tous les animaux auxquels on a administré de la Spiruline et du mercure étaient encore vivants le 3ème jour. Après 10 jours, seuls 2 rats n’étaient pas morts. Ces résultats mettent en évidence que la Spiruline permet d’inhiber les effets toxiques du mercure.

 

On sait depuis longtemps que le chlorure mercurique entraîne un sérieux dysfonctionnement des reins chez les rats. Par conséquent, nous avons étudié l’azote uréique du sang (BUN) et la sérocréatinine, ces 2 substances semblant avoir une influence sur le fonctionnement des reins.

Elles sont toutes les 2 plus fortement présentes dans le groupe Hg que dans le groupe témoin, alors qu’elles sont beaucoup moins présentes dans le groupe Sp-Hg que dans le groupe Hg.

 

La conclusion est donc la suivante: la Spiruline permet d’enrayer les dysfonctionnements des reins provoqués par le chlorure mercurique.

L’excrétion urinaire de phosphate alcaline (ALP) et de transaminase glutamique oxaloacétique (GOT) a également fait l’objet d’une étude puisqu’elle influe aussi sur le fonctionnement des reins. Nous avons observé que l’activité de ces 2 enzymes dans l’urine étaient plus importantes dans le groupe Hg que dans le groupe témoin. Leurs activités étaient moins importantes dans le groupe Sp-Hg que dans le groupe Hg. Ceci démontre une nouvelle fois que la Spiruline prévient les effets toxiques du chlorure mercurique.

Nous avons ensuite étudié les composants de la Spiruline susceptibles d’être à l’origine des effets bénéfiques qu’elle procure. La poudre de Spiruline a été fractionnée par extraction, étant entendu que Sp(W) est la fraction soluble dans l’eau et Sp(N.W.) la fraction résiduelle). Les effets protecteurs de Sp(W) et de Sp(N.W.) contre les effets toxiques du mercure sur les reins de rats ont été observés. Les résultats démontrent que Sp(W) est la fraction la plus efficace dans la lutte contre la toxicité du mercure sur le dysfonctionnement des reins.

Par la suite, nous avons procédé au fractionnement de Sp(W). Ceci nous a permis de conclure que les matières de la Spiruline, dont le poids moléculaire dépassait 100 000 dans la fraction soluble dans l’eau, étaient à l’origine de ces effets protecteurs.

La Spiruline contient de la phycocyanine, pigment qui existe généralement en tant que trimère. Etant donné que le poids moléculaire des monomères est d’environ 40 000, le poids moléculaire de la phycocyanine de la Spiruline devrait être de plus de 100 000. Nous avons en conséquence étudié l’effet de la phycocyanine sur la toxicité du mercure, ce qui nous a permis de découvrir que la phycocyanine pourrait inhiber le dysfonctionnement rénale.

Le p-aminophénol (PAP) et le cisplatine sont bien connus pour leurs propriétés favorisant la toxicité rénale. C’est pour cette raison que nous avons étudié l’effet protecteur de la Spiruline contre la toxicité rénale causée par ces 2 substances. Les valeurs de BUN et de créatinine étaient plus importantes dans les groupes de PAP et de cisplatine que dans le groupe témoin. En revanche, ces valeurs étaient beaucoup moins importantes dans les groupes de Sp-PAP et de Sp-cisplatine. Ces résultats démontrent que la Spiruline permet d’annihiler la toxicité rénale.

 

Nos conclusions sont donc les suivantes : la phycocyanine joue un rôle majeur dans les effets protecteurs de la Spiruline contre le dysfonctionnement rénal causé par le chlorure mercurique et l’application de Spiruline permet de diminuer le dysfonctionnement général des reins. Nous projetons de mener d’autres études afin d’observer en profondeur les autres mécanismes permettant à la Spiruline de restreindre le dysfonctionnement rénal chez le rat.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires