Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 16:12

Paris, le jeudi 4 août 2011 –

 

L’émergence de Salmonella Kentucky avait été repérée en 2002 par le Centre national de référence (CNR) des Salmonella au sein de l’Institut Pasteur.

 

La bactérie, dont la particularité était de présenter une résistance à plusieurs antibiotiques et notamment aux fluororoquinolones, avait été détectée chez des personnes ayant séjourné en Egypte, au Kenya et en Tanzanie.

 

Dès lors, la souche fut l’objet d’une surveillance rapprochée. Entre 2002 et 2008, 500 infections à Salmonella Kentucky étaient recensées en France, au Royaume Uni et au Danemark ce qui évoquait une diffusion plutôt modérée.

Une bactérie qui s’implante en France ?

Les années 2009 et 2010 ont cependant été marquées par ce que l’équipe du CNR de l’Institut Pasteur dirigée par François-Xavier Weill et Simon Le Hello décrit comme une « spectaculaire explosion » : 270 cas ont été confirmés uniquement en France entre 2009 et 2010. Cette propagation importante s’ajoute à plusieurs autres éléments inquiétants. D’une part, des chercheurs de l’Institut Pasteur ont mis en évidence récemment la présence en Afrique du Nord de souches désormais également résistantes aux céphalosporines de troisième génération et aux carbapénèmes, des molécules décrites par l’Institut Pasteur comme « le dernier rempart thérapeutique contre la bactérie ». Par ailleurs, il apparaît que dans 10 % des cas d’infections à Salmonella Kentucky recensées en France ces deux dernières années, les patients n’avaient pas effectué de séjours récents à l’étranger. Une évolution qui pourrait évoquer l’hypothèse d’un début d’implantation en Europe et qui appelle à la vigilance notamment en ce qui concerne les filières animales. Néanmoins, François-Xavier Weill note que ces cas non associés à un voyage à l’étranger pourraient également être liés à la consommation de produits importés et contaminés.

L’Egypte fait de la résistance

Au-delà de cette veille épidémiologique, les chercheurs de l’Institut Pasteur, associés à ceux de l’Institut national de recherche agronomique (INRA) et de l’Institut de veille sanitaire publient dans le Journal of Infectious Disesases le décryptage génétique de l’évolution de la bactérie au cours des 50 dernières années, qui piste l’apparition des différentes résistances. Les résultats semblent confirmer que « l’Egypte pourrait être le berceau géographique des trois étapes d’apparition des résistances aux antibiotiques ».



Aurélie Haroche

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires