Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 19:34

Les décharges bactériennes ou, plus savamment dit, les bactériémies peuvent favoriser la survenue d'évènements cardiovasculaires aigus au travers de mécanismes pathogéniques qui restent quelque peu mystérieux. Le risque pourrait varier en fonction de l'origine de la bactériémie, ville ou hôpital, les germes hospitaliers ayant la réputation d'être, sinon plus virulents, du moins plus résistants notamment aux antibiotiques.

En fait, même les germes communautaires ne sont pas anodins quand ils passent dans le sang, si l'on en croit les résultats d'une étude de cohorte prospective de type cas-témoins menée au Danemark dans laquelle ont été inclus 4 389 patients hospitalisés, dont les hémocultures pratiquées le jour de l'admission se sont avérées positives. Ils ont été appariés selon l'âge, le sexe et le moment de l'admission à deux groupes témoins (sans bactériémie) : sujets de la population générale et malades hospitalisés pour une affection aiguë. Le rapport à été d'un cas pour 10 témoins dans la population générale, et de un pour 5 dans le groupe des patients hospitalisés. Au cours des 12 mois qui ont suivi l'évènement inaugural, ont été dénombrés les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et les infarctus du myocarde (IDM). Une analyse multivariée par régression a permis de calculer les risques relatifs ajustés (RRA) correspondants et leurs intervalles de confiance à 95 % (IC).

C'est dans les 30 jours (J0-J30) qui ont suivi les bactériémies que le RRA d'IDM ou d'AVC est apparu le plus élevé. Deux valeurs radicalement différentes ont été obtenues, selon l'origine des témoins : (1) non hospitalisés: RRA = 20,86 (IC : 15,38-28,29) ; (2) hospitalisés : RRA = 2,18 (IC : 1,80-2,65). Il y a eu en effet 3,6 % d'IDM ou d'AVC en cas de bactériémie vs 0,2 % dans la population générale et 1,7 % parmi les témoins hospitalisés. Il faut souligner que cette constatation vaut pour une grande variété de germes et de portes d'entrée de l'infection.

Par la suite, entre J31 et J180, le RRA d'AVC ou d'IDM est resté un peu élevé, uniquement par rapport aux témoins non hospitalisés, la valeur correspondante étant en effet de 1,64 (IC : 1,18-2,27). En effet, le RRA, pour les témoins hospitalisés a été estimé à 0,95 (IC : 0,69-1,32). Au-delà du 6ème mois, il n'y avait plus de différence concernant le risque cardio et cérébrovasculaire de tous les sujets.

En bref, il semble que les bactériémies avec des germes communautaires, soient associées à un risque élevé d'AVC ou d'IDM dans les 30 jours qui suivent la constatation d'hémocultures positives. Par la suite, le risque s'amenuise considérablement. Cette association mérite de plus amples éclaircissements, notamment sur le plan pathogénique. Elle doit être aussi confirmée par d'autres études véritablement longitudinales qui seules pourront chiffrer avec précision le risque encouru.

 

 

  • JIM
  • 7 oct 2014

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires