Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 11:19

La perspective d'un médicament, voire d'un vaccin universel contre la grippe se rapproche.


Des chercheurs de l'Université de la Suisse italienne (USI), associés à des confrères britanniques, ont isolé un anticorps capable de neutraliser tous les sous-types de virus de l'influenza.

Baptisé «F16», cet anticorps pourrait être utilisé pour la prophylaxie et la thérapie des infections aux virus de l'influenza A, saisonniers ou pandémiques, selon ces travaux publiés jeudi dans la revue «Science».

L'équipe d'Antonio Lanzavecchia, directeur de l'Institut de recherche en biomédecine (IRB) de l'USI et professeur d'immunologie humaine à l'EPFZ, a utilisé une nouvelle méthode de culture de plasmocytes humains, des globules blancs spécialisés dans la fabrication d'anticorps. Ils sont parvenus à sélectionner ceux en mesure de produire un anticorps reconnaissant les seize sous-types d'hémagglutinine du virus de l'influenza A.

L'hémagglutinine est une protéine présente à la surface du virus de la grippe. Elle est responsable de la fixation de la particule virale à un récepteur situé sur la cellule cible, et à ce titre est elle-même la cible de la réponse des anticorps.

Mais l'hémagglutinine évolue continuellement, fuyant la contre- attaque de l'organisme visé, et normalement, les anticorps ne neutralisent que quelques uns des virus à l'intérieur d'un des sous- types d'hémagglutinine. C'est pourquoi de nouveaux vaccins doivent être produits chaque année pour protéger la population des nouveaux virus en circulation.

Anticorps universel

Les scientifiques de l'IRB ont étudié en particulier un patient atteint de grippe porcine ayant montré une réponse immunitaire extraordinairement forte. Ils ont trouvé chez lui le super-anticorps F16, capable de lier les seize sous-types d'hémagglutinine et de neutraliser les virus saisonniers des groupes 1 et 2, ainsi que les virus pandémiques de la grippe espagnole de 1918 ou de la grippe aviaire et porcine.

L'étude a aussi révélé que cet anticorps est en mesure de «recruter» des cellules tueuses du système immunitaire pour éliminer les cellules infectées. Des essais menés sur des souris et des furets ont montré que le F16 fonctionne préventivement mais aussi comme médicament sur des animaux déjà malades.

Enfin, les chercheurs ont identifié le «talon d'Achille» de l'hémagglutinine: des analyses par radiocristallographie ont montré que l'anticorps F16 l'attaque au niveau de la «tige», alors que généralement, la réponse immunitaire cible principalement la «tête» de l'hémagglutinine, soit sa partie la plus extérieure, note l'USI dans un communiqué.

Des années jusqu'au médicament

Interrogé par l'ATS, le Pr Lanzavecchia a estimé que mettre au point et homologuer un médicament antigrippal utilisant le F16 prendrait au minimum cinq ans. Pour un vaccin, la tâche est plus ardue car ce n'est pas l'anticorps qui est nécessaire mais la partie du virus à laquelle il se lie. Le chercheur voit dans le vaccin universel plutôt un objectif à long terme.

Ces travaux, soutenus notamment par le Fonds national suisse, ont été menés par l'IRB, Humabs BioMed SA à Bellinzone et le National Institute for Medical Research à Londres. Humabs BioMed, une spin- off de l'IRB, travaille précisément sur un médicament contre les infections grippales sévères.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires