Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 11:29
Les inhibiteurs de l’interleukine-1 (IL-1) pour traiter le diabète de type 1 semblent peu efficaces à un stade tardif de la maladie. Des chercheurs américains viennent de publier dans The Lancet les résultats de 2 essais randomisés, contrôlés contre placebo. Des nouvelles pistes de recherche restent toutefois intéressantes : intervenir plus précocement avec des essais de prévention au stade pré-diabète, utiliser des thérapies combinées, étudier les facteurs influençant la réponse aux immunothérapies… L’interleukine (IL-1) est une cytokine qui joue un rôle majeur dans la survenue de l’inflammation associée aux maladies auto-immunes. La prévention du diabète de type 1 vise à préserver la fonction résiduelle des cellules β en agissant sur les différents mécanismes de la réaction auto-immune à l’origine de leur destruction. Les auteurs ont évalué si le canakinumab, un anticorps monoclonal humain anti-IL-1, ou l'anakinra, un antagoniste du récepteur humain de l'IL-1 améliore la fonction β-cellulaire dans le diabète d'apparition récente de type 1. Ils ont réalisé deux essais randomisés, contrôlés contre placebo dans deux groupes de patients avec apparition récente du diabète de type 1 avec un peptide C stimulé après repas test supérieur à 0,2 nM. Les 69 patients participant à l'essai « canakinumab » étaient âgés de 6 à 45 ans, recrutés en Amérique du Nord et traités pendant 12 mois par canakinumab (1 injection sous-cutanée par mois à la dose de 2 mg/kg, n=47) ou un placebo (n=22). Les 69 patients de l’essai « anakinra » étaient âgés de 18-35 ans, recrutés en Europe et ont été assignés au hasard à l'anakinra (100mg par jour en sous-cutanée, n=35) ou à un placebo (n=34) par jour pendant 9 mois. Ces deux essais retrouvent que l’inhibition de l’IL1 dans le DT1, par deux approches différentes (anticorps monoclonal et antagoniste du récepteur), et réalisée dans deux populations d’âge différent mais à insulino-sécrétion résiduelle initiale comparable, ne permet pas de restaurer la fonction cellulaire ß.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires