Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 15:42
Une étude publiée dans la revue Pratiques et organisation des soins s'est penchée sur le profil des plus gros prescripteurs d'antibiotiques en Alsace entre juillet 2008 et avril 2010. Au total, sur cette période, plus de 2,8 millions de prescriptions d’antibiotiques ont été enregistrées dans la région, dont 87,1 % émanaient de médecins généralistes. L’étude menée par la Direction régionale du service médical d'Alsace-Moselle a choisi de se concentrer sur ces praticiens en particulier.
Les enquêteurs ont constaté que la moitié des généralistes étaient responsables de 86,7 % des prescriptions d'antibiotiques. Ils ont identifié quatre profils distincts de prescripteurs.
Le groupe de généralistes qui prescrivent le plus d'antibiotiques est composé de professionnels installés depuis plus longtemps que les autres, ayant un nombre de consultations et de visites plus élevé que la moyenne, ce qui entraîne logiquement un niveau de prescription global plus important.
Le deuxième groupe, un peu moins ancien, prescrit également plus d'antibiotiques mais opte plus rarement pour les pénicillines, qui représentent pourtant la classe de médicaments la plus utilisée, notamment en première intention.
Les deux groupes de généralistes qui prescrivent le moins (et notamment moins de quinolones et de macrolides) sont constitués de médecins installés depuis moins longtemps en moyenne, ayant un nombre de consultations et de visites moins important, et ayant dans leur patientèle plus d'enfants, de patients en affection de longue durée (ALD) et de patients bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU).
Bien que les auteurs de l’étude n’aient pas eu à leur disposition les données permettant d’identifier les pathologies traitées par antibiotiques et ainsi d’évaluer la pertinence des prescriptions, ils établissent plusieurs hypothèses.
La première est que les médecins plus jeunes, qui « paraissent prescrire de façon plus adaptée », ont une « formation initiale plus récente et peut-être une sensibilisation plus importante aux plans gouvernementaux et aux campagnes de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés ».
Devant faire face à moins de consultations et de visites, ces praticiens consacrent plus de temps à chaque patient, ce qui « pourrait permettre de mieux orienter les diagnostics, mais surtout fournir davantage d'explications aux patients, de mieux les sensibiliser sur le mésusage des antibiotiques ».
L’étude relève des comportements atypiques : ainsi, paradoxalement, les plus gros prescripteurs d'antibiotiques sont aussi ceux qui commandent le plus de tests de diagnostic rapide de l'angine, alors même que ces tests sont censés inciter à diminuer les prescriptions d'antibiotiques inutiles.
L’étude conclut que « l'ancienneté du médecin est un des facteurs qui interfère dans les habitudes de prescription, tant d'un point des vue quantitatif que qualitatif ». Elle souhaite que la caractérisation des comportements et usages professionnels puisse aider à « déterminer des stratégies d'action personnalisées » par l’Assurance Maladie.


Amandine Ceccaldi 16/08/2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Chronimed
  • Chronimed
  • : Les Infections Froides, concepts et maladies dégénératives, nutrition spécialisée.
  • Contact

Recherche

Liens