Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 11:50

Quand un stress mental double le risque de récidives cardiaques et de décès

  • JIM

Entre un tiers et la moitié des patients qui ont une maladie coronaire stable développent une ischémie myocardique en réponse à un stress mental effectué en laboratoire. L'ischémie myocardique induite par un stress mental est un phénomène distinct de l'ischémie induite par l'effort physique ou par les drogues pharmacologiques, en ce sens qu'elle s'accompagne moins fréquemment de douleurs thoraciques, de modifications de l'ECG et n'est pas corrélée à la sévérité de l'athérosclérose coronaire.

Un certain nombre d'études observationnelles ont signalé une association entre l'ischémie myocardique induite par un stress mental et la survenue d'événements cardiaques/mortalité totale. Cependant, ces études étaient de petite taille et les tests utilisés très hétérogènes.

C'est ce qui a conduit J. Wei et coll. à réaliser la méta-analyse des 5 études prospectives qui avaient examiné, au moyen de tests standardisés, l'association entre la présence d'une ischémie myocardique induite par un stress mental (calcul arithmétique, prise de parole en public, graphismes avec miroir, interview structurée, d'une durée de 3 à 20 minutes) et la survenue d'une récidive d'événements cardiaques ou de décès chez des patients ayant une maladie coronaire stable.

La méta-analyse a porté sur 5 études et l'échantillon finalement retenu consistait en 555 patients ayant une maladie coronaire stable (hommes : 85 %).

L'ischémie myocardique était appréciée par ventriculographie isotopique ou échocardiographie qui cherchaient à mettre en évidence une diminution de la fraction d'éjection ventriculaire gauche et/ou une altération de la cinétique pariétale.

Avec un suivi de 35 jours à 8,8 ans, 117 évènements sont survenus. L'analyse poolée a montré que la présence d'une ischémie myocardique induite par un stress mental était associée à un doublement du risque de survenue du critère composite associant événements cardiaques et mortalité totale (risque relatif [RR] = 2,2 ; intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 1,59 à 3,15). Aucune hétérogénéité n'a été détectée parmi les études (Q = 0,39, I² = 0,0 % ; p = 0,98).

En conclusion, bien que relativement peu d'études aient examiné, chez les coronariens stables, l'association entre la présence d'une ischémie myocardique induite par un stress mental et la survenue d'événements cardiaques, toutes leurs conclusions s'accordent pour signaler qu'une ischémie myocardique induite par un stress mental multiplie approximativement par deux le risque cardiovasculaire.

Le mécanisme précis de cette association n'est pas formellement précisé. On sait cependant que le stress mental entraîne une vasoconstriction coronaire, une accélération de la fréquence cardiaque et une augmentation de la pression artérielle, tous éléments responsables d'un déséquilibre entre l'apport et la demande en oxygène myocardique, voire de troubles du rythme potentiellement mortels.

 

JIM

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires