Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 18:14

Le packing est une technique de traitement consistant à envelopper transitoirement un patient de linges froids et humides. Cette technique est utilisée soit pour des enfants souffrant d'autisme infantile soit pour des adultes psychotiques, notamment en période de récupération après un épisode de décompensation psychotique à symptomatologie floride (abondance de symptômes psychotiques positifs). Elle est aussi et parfois utilisée pour des troubles de personnes âgées où comme pour les autres indications, il s'agit de les aider à reprendre une certaine conscience de leur image du corps.

Cette méthode est devenue l'enjeu de controverses extrêmement vives, surtout autour des traitements de l'autisme infantile et parce qu'il est assimilé aux traitements psychiatriques de choc, à tort selon les psychothérapeutes qui le pratiquent1. Le débat est devenu éminemment politique avec l'action d'associations de parents d'enfants autistes qui en demandent - et parfois obtiennent - son interdiction2,3.

La chambre criminelle de la Cour de Cassation, dans un arrêt du 2 décembre 1998 (n° 97-84.937) a déclaré que les sanctions infligées à de jeunes pensionnaires autistes par le personnel éducatif d'une institution spécialisée, notamment l'administration de douche froide, ne pouvaient être considérés comme des mesures éducatives mais constituaient des traitements dégradants imposés à des êtres humains (décision rendue au visa des articles 222-13 et 222-14 du code pénal relatifs aux violences).

 

APPEL EN FAVEUR DE LA DÉMARCHE DE RECHERCHE ENTREPRISE AUTOUR DU « PACKING » DANS LE CADRE D’UN PROGRAMME HOSPITALIER DE RECHERCHE CLINIQUE NATIONAL

Professeur DELION Pierre Centre Hospitalier Universitaire Service de Pédopsychiatrie 59037 LILLE CEDEX

Lettre à tous les collègues des secteurs de pédopsychiatrie

Chers amis,

Je me permets de vous écrire juste avant le départ en vacances pour vous demander de bien vouloir nous aider à mener la démarche de recherche que nous avons entreprise autour du packing depuis janvier 2009, dans le cadre d’un programme hospita- lier de recherche clinique entrant dans le cadre de campagnes ministérielles annuelles (PHRC) national obtenu pour en valider les effets thérapeutiques selon les critères retenus actuellement en matière de recherche médicale.

Comme vous le savez sans doute, dès avril 2009, une association de parents d’enfants autistes est partie en guerre contre ce projet de recherche et contre la théorico-pratique qui la sous-tend, en demandant à grand renfort de publicité calomnieuse, un moratoire visant à faire cesser le packing avec les enfants présentant des troubles envahissant du développement.

Le ministère de la Santé a répondu à cette demande inhabituelle par une saisine du Haut Conseil de la Santé Publique afin de requérir son avis éclairé. L’avis « relatif aux risques associés à la pratique du packing pour les patients mineurs atteints de troubles envahis- sants du développement sévères » a été rendu le 2 février 2010 par cette instance présidée par le Pr. MICHEL, et sous la forme suivante : « en conclusion, compte tenu de l’absence de risques notables identifiés à ce jour, le Haut Conseil de la santé publique considère que la réalisation du packing ne présente pas de risques qui justifieraient son interdiction. Cependant, l’existence de risques psychiques n’est pas exclue et doit être prise en compte dans l’analyse bénéfice-risque de cette méthode de prise en charge, au même titre que toutes les autres méthodes de prise en charge, médicamenteuse ou non, de l’autisme. Le Haut Conseil de la santé publique signale que ces recommandations doivent être intégrées dans une démarche rationnelle et scientifique visant à statuer sur la place de cette pratique dans la prise en charge complexe des enfants autistes. »

Notre recherche est donc non seulement confortée par cet avis, mais plus encore, encouragée dans ses objectifs de départ.

Malheureusement, la campagne menée contre cette technique de soins a eu des effets dissuasifs sur un grand nombre d’équi- pes de soins, que ce soit dans le sanitaire ou dans le médico-social. Et la conséquence en est le peu d’inclusions réalisées à ce jour.

Après discussions avec le comité scientifique qui préside à la recherche (CHRU de Lille) et avec plusieurs d’entre vous, nous avons obtenu quelques modifications dans les conditions d’inclusion, et notamment la possibilité de recruter des petits patients dans toute la France, et également la prolongation des trois ans antérieurement convenus, d’une, voire de deux années supplé- mentaires. Ces aménagements qui portent sur la forme et non sur le fond de la recherche sont de nature à nous permettre de la mener à son terme.

Mais si je prends le soin de vous écrire, c’est parce que si chaque équipe de pédopsychiatrie de France, familiarisée avec la technique du packing (ou qui désire s’y former), s’engage, ne serait-ce que dans une inclusion, le nombre de 162 inclusions requis par les statisticiens qui nous ont aidés dans la rédaction du protocole, pourra être facilement atteint.

Vous avez compris que bien au-delà de la technique du packing, c’est toute la pensée psychopathologique au sens large et les pratiques thérapeutiques qu’elle permet qui sont visées, et je ne saurais trop vous inciter à nous aider dans la réalisation de cette entreprise importante pour la pédopsychiatrie d’aujourd’hui et de demain.

Je vous joins en annexe un résumé du protocole de recherche et les coordonnées des quatre personnes qui en coordonnent la réalisation. Vous pouvez les joindre dès que vous le souhaitez pour discuter des points qui vous paraissent nécessaires à éclaircir. Par ailleurs, si des équipes souhaitent bénéficier d’une formation pour engager leur participation à la recherche, c’est bien volon- tiers que nous répondrons à cette action prioritaire en fonction des demandes qui nous seront parvenues.

Professeur Pierre Delion

Investigateur principal : Docteur Jean Louis Goeb jlgoeb@wanadoo.fr ; Tél. : 06 20 53 30 10 Psychologue du PHRC : Céline Lallié Psychomotricienne du PHRC : Maud Ravary Assistante de recherche clinique : Aurélie

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires

Josiane 20/02/2012 01:57

Autre prise de position, le Packing vu de l'étranger
http://www.soutenonslemur.org/2012/02/19/die-zeit-de-enfants-autistes-repos-force-a-laide-de-linges-froids-09022012/
Article :
http://www.zeit.de/wissen/gesundheit/2012-02/autismus-behandlung-packing

Josiane 20/02/2012 01:55

Le Packing est un traitement qui s'apparente à la torture et nombreux sont les parents qui sont contre ce type de méthodes. Il existe aussi des parents qui ignorent que l'on fait subir de telles
horreurs à leurs enfants . Pour ceux qui refusent ils se voient attaqués par les institutions pour "défaut ou refus de soins"un comble, pire une tragédie...
POur en savoir plus sur le Packing : http://www.carnetsdesante.fr/Psychanalyse-et-packing-dans-le
Extrait : "L’idée de faire régresser le patient, contourner ses défenses et le reporter à un stade néonatal d’où le thérapeute peut repartir pour « reconstruire » un développement non pathologique
n’est pas neuve. Un pionnier de cette philosophie est Ewen Cameron, président de l’Association Psychiatrique Américaine dans les années 50, dont les travaux furent financés par la CIA pendant la
guerre froide : l’idée de la « régression à l’état néonatal », obtenue de diverses manières par Cameron, devint la base de la stratégie de torture utilisée par les services secrets américains et
par les polices politiques au Chili et en Argentine (U.S. Senate Committee on Intelligence, 7). Il est probable que le fait de serrer une personne dans des linges mouillés (préalablement mis au
réfrigérateur pendant des heures) pour ensuite l’interroger, en répétant le traitement pendant des mois, fonctionne efficacement en tant qu’instrument de torture. En revanche, comme thérapie pour
l’autisme, il n’existe aucune preuve que cela fonctionne (4).