Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 10:23

La mélatonine n’a pas fini de révéler ses multiples propriétés. 

 

Outre son rôle de synchroniseur endogène de certains rythmes biologiques déjà bien démontré, de nombreuses données pharmacologiques convergent pour suggérer qu’elle possède également des effets anti-oxydants et anti-apoptotiques. 

Ces propriétés pourraient être utilisées dans un objectif de neuroprotection chez les nouveau-nés à risque de lésions cérébrales périnatales, d’autant plus qu’il s’agit d’une molécule très lipophile, capable de passer facilement les barrières tissulaires naturelles, hémato-encéphaliques et placentaires notamment.

L’effet neuroprotecteur de son administration anténatale ou postnatale a été testé sur plusieurs modèles animaux. 

Des résultats positifs ont notamment été obtenus chez les rongeurs, mais aussi sur des fœtus d’agneaux. Ainsi, la mélatonine administrée à des souris gestantes permet de réduire les marqueurs d’inflammation et d’apotose observés chez leurs petits soumis à des conditions d’hypoxie-ischémie.

 

En postnatal, elle exerce une action protectrice et vis-à-vis des lésions de la substance blanche périventriculaire induites par l’hypoxie.

 

Sur la base de ces données expérimentales, des essais sont en cours chez l’homme pour évaluer son l’intérêt en prévention des lésions cérébrales chez le grand prématuré. Ils vont permettre d’étudier les doses nécessaires et les modalités d’administration (soit chez la mère en prépartum immédiat, soit chez l’enfant dans les tous premiers jours suivant la naissance). 

 

À noter que la tolérance de la molécule semble très satisfaisante, bien que les données de sécurité restent encore peu nombreuses dans ce cadre.

 

Si les résultats cliniques sont favorables, la mélatonine pourrait bien un jour intégrer l’arsenal thérapeutique des unités de néonatologie, dans l’objectif de diminuer les complications majeures de la grande prématurité, que sont les séquelles neurologiques post-ischémiques.

 

 

Dr Arielle Le Masne Publié le 27/05/2013

 

Biran V et coll. : La neuroprotection pharmacologique : le modèle de la mélatonine. Arch Fr Ped 2013 ; 20 : 191-2.


Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article

commentaires