Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 06:55
Aux Etats-Unis, les boissons sucrées (BS) représentent la principale source de sucre ajouté aussi bien chez les enfants que chez les adultes. Si la consommation de BS a été clairement associée à l’obésité, le lien de cause à effet fait encore débat. L’objectif ambitieux des auteurs est de clore celui-ci à travers une revue de la des études prospectives et des essais randomisés et contrôlés (ERC) de la littérature. En clair, dispose-t-on de preuves scientifiques suffisantes pour affirmer qu’une diminution de la consommation de BS (sodas et jus) réduirait la prévalence de l‘obésité ? Les résultats issus d’études prospectives rigoureuses et de longues durées ont montré de manière systématique une association significative et dose dépendante entre consommation de BS et prise de poids à long terme. A titre d’exemple, chez les adultes, la consommation de BS est associée à une prise de 8 kg sur 8 ans (Schulze et al., JAMA 2004)ou bien encore la consommation d’une cannette supplémentaire par jour est associée à une prise de 0,5 kg tous les 4 ans (Mozaffarian et al., NEJM 2011). Chez les enfants, les plus gros consommateurs de BS augmentent leur risque de devenir obèse de 55 % par rapport aux plus faibles consommateurs (Morgenga et al. BMJ 2012). Les ERC sont peu nombreuses mais viennent confirmer dans leur majorité les résultats des études prospectives. Cependant ces essais présentent des limites méthodologiques évidentes (échantillons, durées courtes, taux d’attrition élevé..), mais deux ERC très récents menés de manière rigoureuse et à grande échelle ont montré une diminution significative du poids dans le groupe d’intervention (eau ou boisson light) par rapport au groupe contrôle (poursuite de la consommation de BS) . L’une d’elles (De Ruyter et al., NEJM 2012), a montré qu’une réduction de 104 kcal/j issue des BS (soit 250 ml/j) freinait la prise poids de 1,01 kg en 18 mois chez des enfants de poids normal. Ces 2 types de preuves, issues d’une part d’études prospectives à long terme et d’autre part d’ERC à court terme, sont complémentaires. Elles sont suffisantes pour établir une relation de cause à effet entre BS et obésité selon les auteurs (qui se basent sur les critères de Bradford Hill pour établir de manière détaillée ce lien de causalité). Qu’en est-il de l’amplitude de la perte de poids associée à la baisse de la consommation de BS ? Elle n’a pas été chiffrée mais elle reste clairement modeste. Cela s’explique par le fait que l’unité d’exposition aux BS utilisée dans les études est petite (250 ml en moyenne). Par conséquent on peut s’attendre à des bénéfices plus importants chez les gros consommateurs tels que les adolescents et les obèses ! Dr Rodi Courie 08/07/2013 Hu FB et coll. : Resolved: there is sufficient scientific evidence that decreasing sugar-sweetened beverage consumption will reduce the prevalence of obesity and obesity-related diseases. Obes Rev., 2013; publication avancée en ligne le 13 juin. doi: 10.1111/obr.12040.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires