Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 19:21

La généralisation du dosage de l'antigène spécifique de la prostate (PSA) a conduit à la multiplication des cas de découverte de très petits foyers de cancer de prostate (KP), qu'on se contente de plus en plus de surveiller sans les traiter. Les auteurs coréens se sont attaché à étudier le devenir de patients ayant eu 12 biopsies (sous échographie endorectale) dont une seule montrait un microfoyer (<= 3 mm) avec un score de Gleason de 6 et un PSA prébiopsique <= 10 ng/ml. Leur cohorte se compose de 119 malades répondant à ces critères et n'ayant pas reçu d'autre traitement qu'une prostatectomie radicale (PR), entre 2004 et 2010.

Parmi les 59 malades (50 %) ayant un volume tumoral < 0,5 ml, 53 avaient un cancer intracapsulaire (pT2) et un score de Gleason confirmé à 6 sur la pièce opératoire ; ces 53 opérés (45%) avaient donc un KP défini comme « favorable ».

En revanche, pour 28 patients le score de Gleason a été trouvé à 7, dont 26 (3+4) et 2 (4+3). Par ailleurs, si le stade T2 (tumeur limitée à la prostate) a été confirmé sur 115 pièces de PR, les 4 autres avaient un envahissement extracapsulaire (T3a) sans qu'il y ait jamais toutefois d'atteinte des vésicules séminales (T3b) ni des ganglions lymphatiques. Trois de ces 4 malades avaient concomittamment un score de Gleason de 7. Au total, il y avait donc 28 malades (24 %) dont le KP peut être défini comme « défavorable ». Dix patients avaient des berges de résection envahies, microscopiquement, et 9 d'entre eux avaient aussi un Gleason de 7 et/ou un stade T3a.

Enfin, 94 pièces (79 %) ont révélé l'existence de foyers multifocaux.

Le seul facteur prédictif de KP « mineur » est une densité du PSA (taux de PSA rapporté au volume échographique de la glande) < 0,15 ng/ml/cm3, qui autorise, avec une exactitude de 68 %, àprévoir une anatomopathologie favorable ; aucun paramètre ne permet en analyse multivariée de prévoir un KP « défavorable ».

Au cours d'un suivi de 3 ans en moyenne, un seul malade a présenté une récidive biologique (à 5 ans) : il avait certes un Gleason de 7, mais sans extension extraprostatique ni envahissement des berges.

Seule la densité du PSA a une certaine valeur pour prédire le pronostic favorable des petits foyers tumoraux prostatiques ; les autres paramètres (âge, taux de PSA, indice de masse corporelle, volume tumoral, etc.) sont peu contributifs.

 

Dr Jean Fred Warlin

 

 

Hong SK et coll. : Prediction of pathological outcomes for a single microfocal (<= 3 mm)Gleason 6 prostate cancer detected via contemporary multicore (>= 12) biopsy in men with prostate-specific antigen <= 10 ng/ml. BJU International 2011; 108: 1101-1105.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires