Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 21:44
Améliorer la qualité des graisses alimentaires fait partie des conseils nutritionnels délivrés aux patients diabétiques. Mais quelles graisses recommander précisément ? Il existe un consensus en faveur de la substitution des graisses saturées par des insaturées. Mais au sein des acides gras polyinsaturés, l’apport optimal des oméga 3 et des oméga 6 fait l’objet de débats. Alors que certains experts recommandent de limiter les oméga 6, des publications récentes attribuent aux oméga 3 un effet délétère sur le métabolisme glucidique. Dans ce contexte, un essai randomisé en cross over (deux périodes de 3,5 semaines de suivi d’un régime alimentaire spécifique, n=16 patients diabétiques, HbA1c moyen : 7 ,2 %) a comparé l’effet des oméga 3 à longue chaîne (apporté sous forme de poisson gras) à celui d’oméga 6, en particulier de l’acide linoléique, consommé sous forme de graisses d’ajout (margarine, huile) sur le métabolisme glucidique, les paramètres lipidiques et des marqueurs du stress oxydant. La teneur en calories et en macronutriments (glucides, lipides, protéines) était similaire au cours des deux régimes.
Concernant l’équilibre glycémique, la glycémie à jeun, l’aire sous la courbe des glycémies et l’insulinémie ont davantage diminué dans le « groupe oméga 6 » que dans le « groupe oméga 3 ». Toutefois il n’a pas été mis en évidence de différence entre les deux groupes en ce qui concerne l’évolution du niveau d’insulinosensibilité (évalué avec un clamp euglycémique hyperinsulinique) et de l’HbA1c. Sur le plan lipidique, la triglycéridémie a diminué dans les deux groupes, mais de manière plus importante avec les oméga 3, alors qu’il n’y avait pas de différence entre les deux groupes concernant l’évolution du LDL
Cholestérol. Enfin, l’effet des deux régimes sur les paramètres évaluant le stress oxydant n’était pas différent.
Au total, cette étude montre qu’il n’est pas justifié de promouvoir de manière excessive la consommation d’oméga 3 et de limiter les apports en oméga 6 chez le diabétique pour compenser la réduction des graisses saturées qui reste une mesure diététique prioritaire. Les auteurs de cette étude recommandent de favoriser tout autant la consommation des deux familles d’acides gras polyinsaturés (oméga 6 et oméga 3) qui ont chacune leur part à jouer dans l’amélioration du métabolisme glucido-lipidique.


Dr Boris Hansel

Karlström BE et coll. : Fatty fish in the diet of patients with type 2 diabetes: comparison of the metabolic effects of foods rich in n-3 and n-6 fatty acids. Am J Clin Nutr. 2011; 94 : 26-33.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires