Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 07:33
La plupart des infections à salmonelles sont transmises par les aliments mais la contamination par contact direct ou indirect avec des animaux infectés, en particulier les volailles vivantes, est une autre source possible, souvent méconnue, et qui représente une menace surtout pour les jeunes enfants. Aux USA, un réseau informatique national permet de tracer les sources d’infections alimentaires grâce à une identification moléculaire des souches par électrophorèse sur gel en champs pulsé (PFGE). La méthode permet de reconnaître les sous types au sein des différents sérotypes de l’espèce salmonelle. En Pennsylvanie et dans l’état de New York, une poussée épidémique d’infections à Salmonella typhimurium survenue en mai 2009 a suscité une enquête épidémiologique qui a révélé une contamination par une souche unique. Initialement, 12 infections à S. typhimurium partageant le même profil en PFGE ont été identifiées ; 11 malades avaient été en contact direct ou indirect avec des poulets ou des poussins vivants. Trente-six autres cas ont été signalés entre mai et août 2009. Leur âge médian était de 8 ans et 61 % avaient moins de 15 ans dont 31 % moins de 3 ans. Leurs symptômes, connus pour 27, étaient une diarrhée, sanglante dans 52 % des cas, ayant nécessité une hospitalisation pour 7 (26 %) dont 2 avaient une septicémie ou une méningite. La durée médiane de la maladie a été de 8 jours (3 à 42) et l’hospitalisation de 4 (1 à 7). Aucun décès n’est survenu. L’enquête épidémiologique a été conduite par l’intermédiaire d’un questionnaire standard élaboré par les services sanitaires, centré sur l’exposition aux animaux dans les 7 jours ayant précédé l’infection. Pour chaque malade, une étude cas témoins a été réalisée en appariant par l’âge et le voisinage les patients à un sujet contrôle. Ainsi, il a pu être établi que 10 des 12 enfants initiaux avaient été en contact direct avec de très jeunes volailles, poussins et canetons, dans un seul magasin. Les 2 autres s’étaient juste trouvés dans l’environnement. Parmi les 36 autres, dont 25 appariés à un contrôle : 11 avaient touché, porté, embrassé les volailles ; 16 avaient été en contact à domicile, dont 11 à l’intérieur de la maison. Parmi 13 familles qui avaient acheté ou reçu les poussins en cadeau, ceux-ci provenaient dans 10 cas de la même chaîne commerciale et 6 fois du même magasin. La source commune était un seul élevage de poussins. Dans la mesure où seule une partie des infections est diagnostiquée, il est vraisemblable que le nombre en a été nettement plus important. En conclusion, les enfants ne doivent pas toucher les poulets. Un lavage soigneux des mains est indispensable en cas de contact. Pr Jean-Jacques Baudon Loharikar A et coll. : Outbreak of human Salmonella typhimurium infections linked to contact with baby poultry from a single agricultural feed store chain and mail-order hatchery, 2009. Pediatr Infect Dis J., 2013; 32: 8-12

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article

commentaires