Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 07:56
Une méthode simple, rapide et peu coûteuse pour le diagnostic des drépanocytoses 26/09/2014 Plus de 300 000 enfants naissent chaque année en Afrique avec une drépanocytose, anomalie de la morphologie des érythrocytes caractérisée par une forme de croissant ou de faucille. Les drépanocytoses sont déterminées par des combinaisons de 2 allèles anormaux du gène de la β globine dont au moins un entraîne la mutation Glu6Val (Hb S). Trois génotypes prédominent, la drépanocytose homozygote Hb SS (70 %), l’hémoglobinose hétérozygote HbS/HbC (25 %), la première étant associée aux effets les plus sévères, et la thalassodrépanocytose (Hb Sβ+) avec un gène pour l'hémoglobine S et un gène pour la β thalassémie (5 %). Les sujets hétérozygotes Hb AS sont des porteurs sains. En raison d’accidents ischémiques vaso-occlusifs et d’infections bactériennes graves, la moitié des enfants de moins de 5 ans atteints d’une drépanocytose (SCD pour sickle cell disease) meurt encore dans les pays à faible revenu malgré l’existence d’interventions peu coûteuses qui permettraient de limiter l'infection (antibiotiques, vaccination). Les méthodes de diagnostic classiques (électrophorèse, HPLC) sont en effet irréalisables dans ces zones de forte prévalence et les simples tests de solubilité ne permettent pas de faire la différence entre les formes pathologiques et les porteurs sains. Une séparation selon la densité La présence de globules rouges denses (ρ > 1,120 g /cm3) est une caractéristique biophysique de la physiopathologie des SCD. Une équipe américaine décrit 2 tests rapides pour le diagnostic des formes les plus répandues de SCD, Hb SS et Hb SC, basés sur une mesure sensible, mais pratique de la densité des globules rouges à l'aide de systèmes multiphasiques aqueux (AMPSs) -mélanges de polymères dans l'eau qui forment des phases non miscibles. Thermodynamiquement stables, ils offrent la possibilité de séparer des particules de densité très voisine (Δ < 0,001 g/cm3) en quelques minutes par centrifugation ou en quelques heures sous l’effet de la gravité. Les chercheurs mettent au point deux systèmes pour séparer les érythrocytes en multiples gradients de densité dans une centrifugeuse pour micro-hématocrite, un système biphasique SCD-AMPS-2 pour le premier test, et un système tri-phasique de résolution plus élevée pour le deuxième, SCD-AMPS-3. La présence ou l’absence d’érythrocytes dans chaque gradient permet de distinguer les personnes atteintes des principales formes de SCD de celles ayant une hémoglobine normale (Hb AA) ou non pathologique (Hb AS). Le système biphasique suffit pour séparer les cellules pathologiques des cellules normales et le triphasique permet de faire la distinction entre les 2 sous types pathologiques majeurs Hb SS et Hb SC. La simplicité de l'interprétation de 2 phases se fait donc au détriment de la possibilité de distinguer les sous-types de SCD. Une évaluation visuelle La séparation de 5 µL de sang se fait dans des capillaires pré-remplis contenant 14 µL de SCD-AMPS-2 ou de SCD-AMPS-3. Le coût total des réactifs et du matériel est d’environ $ 0,20 par test. Douze tests peuvent être réalisés en même temps dans une centrifugeuse, et l’électricité fournie par une batterie d’automobile suffit. La totalité de la procédure, du recueil d’une goutte de sang au bout du doigt à l’interprétation du test, prend 12 minutes (dont 10 de centrifugation). Visuellement une bande rouge en bas du tube témoigne de la présence de globules rouges pathologiques de densité élevée alors que seules de rares cellules y sont retrouvées dans les échantillons normaux. Les tests ont été évalués visuellement dans une population de 59 sujets (33 négatifs Hb AA ou Hb AS et 26 positifs Hb SS ou Hb SC). Les deux ont identifié les échantillons pathologiques avec de bonnes sensibilités et spécificités (SCD-AMPS-2 : 90 % et 97 % respectivement ; SCD-AMPS-3 : 91 % et 88 %). Les résultats de l’évaluation visuelle sont proches des courbes ROC des 2 tests obtenues lors d’une évaluation digitale des images scannées, suggérant 2 procédures interdépendantes et que la lecture visuelle correspond à (et peut être vérifiée par) la performance de l’analyse digitale. Au final la densité est un marqueur suffisamment sensible et spécifique pour un diagnostic des SCD par une méthode simple et rapide, facile à mettre en œuvre dans des régions reculées, et peu coûteuse. Elle a même pu été réalisée avec une petite centrifugeuse à piles à 150 € qui permet 6 tests en même temps. Sa généralisation reste à valider sur des populations plus importantes. Dominique Monnier Kumar AA et coll. : Density-based separation in multiphase systems provides a simple method to identify sickle cell disease. PNAS 2014; publication avancée en ligne le 2 septembre. doi: 10.1073/pnas.1414739111

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires