Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 22:13
Les pilotes volant à haute altitude présenteraient un risque accru de lésions cérébrales. C'est ce qu'indique une étude américaine publiée dans la revue Neurology.

Pour leur étude, des scientifiques de l'Université du Texas à San Antonio (États-Unis) et de l'école de médecine aérospatiale US Air Force School of Aerospace Medicine ont comparé 102 pilotes d'U-2 de l'US Air Force et 91 personnes ne pilotant pas, âgés de 26 à 50 ans. Les facteurs d'âge, d'éducation et de santé correspondaient dans les deux groupes. Les chercheurs ont fait passer une IRM à l'ensemble des participants afin de mesurer l'hyperintensité de la substance blanche associée à la perte de mémoire dans d'autres maladies neurologiques.

« Les pilotes volant à une altitude supérieure à 6 000 mètres risquent de souffrir d'un mal de décompression. Cependant, à ce jour, nous n'avons pas été en mesure de démontrer une perte de mémoire ou neurocognitive clinique définitive », a déclaré le premier auteur, Stephen McGuire.

Les examens IRM ont prouvé que les pilotes, contrairement aux personnes ne pilotant pas, présentaient un volume et un nombre de lésions cérébrales respectivement quatre fois et trois fois supérieurs, quels que soient leurs antécédents de mal de décompression. Au cours du processus normal de vieillissement, les lésions étaient principalement observées dans la substance blanche frontale, alors que, chez les pilotes, ces lésions se répartissaient de manière homogène dans tout le cerveau.

Les chercheurs estiment que leurs découvertes peuvent être précieuses pour l'évaluation des risques relatifs à certains loisirs tels que la plongée sous-marine, l'alpinisme et le pilotage à haute altitude.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Les ondes
commenter cet article

commentaires