Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 11:35
il ne reste que 7% de cours d'eau en France vierges de toute trace de pesticide. Pas de quoi pavoiser. Telles sont les dernières données (2011) publiées par le CGDD (Commissariat général au développement durable) ». L’organisme, qui dépend du ministère de l'Écologie, note ainsi que « la présence de pesticides dans les cours d'eau est généralisée, cette contamination est principalement due à des herbicides en France métropolitaine, à des insecticides en outre-mer ». « dans la majorité des rivières, les quantités prélevées sont faibles. Elles se situent en deçà de 0,5 µg/l. Reste que sur les 176 secteurs hydrographiques surveillés en métropole, plus de 60 présentent une concentration moyenne annuelle supérieure à 0,5 µg et, surtout, 17 points de mesure affichent une moyenne annuelle supérieure à 5 µg/l ». Le CGDD indique qu’« une eau brute dont la concentration totale en pesticides dépasse 5 µg/l ne peut pas servir à produire de l'eau potable ». « ces contaminations élevées se trouvent dans les grandes zones agricoles (Bassin parisien, Adour-Garonne et le long du Rhône). Dans les DOM-TOM, cela concerne surtout les régions maraîchères (Martinique et Guadeloupe). Les pesticides les plus quantifiés sont non seulement les mêmes d'une année sur l'autre mais, surtout, trois d'entre eux sont toujours très présents, voire augmentent, alors même qu'ils sont interdits depuis plusieurs années : l'usage de l'atrazine et du métolachlore est proscrit depuis 2003, celui du diuron depuis 2008 ». Jean-Marie Mouchel, hydrologue (université Pierre-et-Marie-Curie), explique que « dans les filières de potabilisation, les pesticides sont dégradés et éliminés par l'usage combiné d'une oxydation par du gaz ozone, qui déstructure la molécule, et surtout la filtration sur du charbon actif, qui présente la capacité de fixer la plus grande partie de ces contaminants, mais ces traitements d'affinage son coûteux ». Le député des Côtes-d'Armor Michel Lesage, « suggère dans un rapport qu'il vient de remettre au premier ministre de repenser complètement la politique de l'eau en France » : « Ce n'est que par une mobilisation des territoires et de tous les acteurs que l'on pourra agir ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires