Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 07:09
Près de 9 patients sur 10 atteints du syndrome de fatigue chronique se plaignent d’avoir un sommeil non récupérateur. Pourtant, malgré de nombreux travaux consacrés à ce syndrome, il n’a pas été possible jusqu’à présent d’identifier un trouble du sommeil spécifique à cette pathologie. Une étude récente fait à nouveau le point sur le sujet, en examinant les polysomnographies de 343 patients atteints du syndrome de fatigue chronique. Un seul enregistrement a suffi pour identifier un tiers des patients (n=104), porteurs d’un trouble du sommeil caractérisé, apnée du sommeil ou syndrome des jambes sans repos. Les autres présentent aussi des troubles du sommeil, que les auteurs classent en 4 phénotypes distincts et qui évoquent, dans 9 cas sur 10, la présence d’insomnie ou d’hypersomnie. Les groupes 1 et 4 se caractérisent par des symptômes évoquant l’insomnie : difficultés à initier le sommeil pour le type 1 et à le maintenir pour le type 4. Les groupes 2 et 3 réunissent en revanche les caractéristiques des sommeils de mauvaise qualité, avec de fréquentes phases d’éveil pour le type 2 et une diminution des phases d’éveil pour le type 3, ce dernier groupe comprenant certains patients souffrant d’hypersomnie et de narcolepsie. Bien que la physiopathologie du syndrome de fatigue chronique nous soit encore inconnue, il pourrait donc être dès à présent utile de proposer aux patients diagnostiqués comme souffrant de ce syndrome la réalisation d’une polysomnographie. Elle permettra pour certains d’éliminer un syndrome d’apnée du sommeil ou un syndrome des jambes sans repos, justifiant tous deux d’un traitement spécifique. Pour les autres, elle identifiera des troubles de la qualité ou de la quantité du sommeil, permettant des prises en charge adaptées à chacune des situations. Dr Roseline Péluchon 10/06/2013 Gotts ZM et coll. : Are theresleep-specificphenotypes in patients with chronic fatigue syndrome? A cross-sectiona lpolysomnography analysis. BMJ Open 2013;3:e002999.doi:10.1136/bmjopen-2013-002999

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article

commentaires