Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 14:07

De nos jours, il n’est plus à démontrer que l’activité physique (réalisée sous certaines conditions) a des effets bénéfiques sur l’obésité. De ce fait, dans les centres de réadaptation à l’effort prenant en charge des patients obèses, des activités physiques sont presque toujours prescrites. 

Dans ces centres, les activités physiques proposées sont souvent « continues » (i.e., exercices physiques maintenus continuellement à une même intensité). Cependant, depuis plusieurs années, certains centres de réadaptation à l’effort proposent des activités physiques dites « intermittentes » (i.e., API ; exercices physiques durant lesquels l’intensité oscille, régulièrement dans le temps, entre une période d’effort léger et une période d’effort intense).

La réalisation chronique d’API a plusieurs avantages.
Tout d’abord, cela permet d’améliorer très rapidement la capacité aérobie des patients obèses ou en surpoids. En effet, il a déjà été montré que la répétition de 4 à 6 sprints d’une durée de 30 sec entrecoupés de 4 min 30 sec de récupération permet d’augmenter significativement (i.e., de 9%) la consommation maximale d’oxygène (VO2max) après seulement 2 semaines de réadaptation à l’effort. 
D’autres études (menées dans des populations variées) ont confirmé que la réalisation d’API (durant une période comprise entre 2 et 15 semaines) améliore significativement la VO2max de 4 à 46%.

Bien que les mécanismes sous-jacents de l’amélioration de la capacité aérobie par des API restent encore mal connus, il est établi que l’augmentation du débit cardiaque (et plus spécifiquement de la fraction d’éjection du ventricule gauche), de la capacité oxydative des mitochondries, et de la capacité du muscle squelettique à prélever l’oxygène contribuent à l’amélioration de la capacité aérobie.

En plus des effets précédemment cités, les API permettent une augmentation de 5 à 28% de la capacité anaérobie (à la suite d’un programme de réadaptation de 2 à 15 semaines).
Une étude a aussi montré que les API augmentaient de 36% la capacité de l’organisme à oxyder des lipides, et à préserver les glucides. Cette adaptation physiologique serait due à des modifications du contenu et de l’activité de plusieurs enzymes.

Les API semblent aussi améliorer la sensibilité à l’insuline de 23 à 58%. Cet effet est encore plus vrai chez les patients diabétiques de type 2 (i.e., amélioration de la sensibilité à l’insuline de 46 à 58%).
De plus, l’amélioration de la sensibilité à l’insuline pourrait perdurer au moins 3 jours après la dernière API, et serait indépendante de la perte de poids.

En résumé, l’exposition chronique aux API entraîne une augmentation significative de la capacité aérobie et anaérobie, de la capacité du muscle à oxyder les lipides, du contenu en enzymes glycolytiques et de la sensibilité à l’insuline.

Date de publication : 22-05-2012
Par Jérémy Coquart (Université de Rouen, FSSEP, EA 3832, CETAPS)
Article commenté :
High-Intensity Intermittent Exercise and Fat Loss. 
Boutcher S. 
Journal of Obesity. 2011:868305.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires