Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 22:55
étude suédoise publiée dans le Jama. « Ayant suivi près de 2,5 millions d’enfants nés entre 1982 et 2007, les chercheurs révèlent que le risque d’autisme et de retard mental est légèrement accru chez les enfants nés grâce à certains procédés de fécondation in vitro ». « Il en est ainsi de l’ICSI (injection intracytoplasmique de sperme), une technique qui vise à traiter l’infertilité masculine en injectant directement en laboratoire le spermatozoïde dans l’ovule. […] D’après les chercheurs, les enfants nés après une ICSI ont un risque de présenter un autisme de 0,136%, contre 0,029% pour les enfants conçus naturellement ». Sven Sandin, coauteur de ce travail, indique que « lorsqu’on examine les traitements dans leur ensemble, on ne constate pas d’augmentation du risque d’autisme. Par contre, lorsqu’on distingue les techniques, on voit que le recours à l’ICSI augmente à la fois le retard mental et l’autisme ». Le Pr Jean-Pierre Siffroi, généticien à l’hôpital Armand-Trousseau et spécialiste de la procréation médicalement assistée, précise toutefois que « même si l’augmentation est significative, le risque reste infime en valeur absolue ». « les scientifiques s’avouent incapables d’expliquer le mécanisme », le Pr Siffroi remarquant qu’« il n’est pas exclu que la manipulation des gamètes et des embryons dans des conditions artificielles perturbe le processus épigénétique, causant certaines pathologies ». « Selon les chercheurs, ce léger surrisque peut, au moins en partie, être attribué aux naissances multiples et prématurées, qui sont plus fréquentes en cas de FIV, et non à la technique en elle-même ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires