Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 21:22
Les termes de « petit pour l’âge gestationnel » (PAG) ou d’hypotrophie sont souvent utilisés à la place de ceux de restriction de la croissance fœtale ou retard de croissance intra-utérin (RCIU), principalement dus à un dysfonctionnement placentaire diminuant les apports en nutriments et oxygène. Dans les études épidémiologiques, les PAG sont déterminés par un poids de naissance (PN) inférieur au 10ème percentile pour l’âge gestationnel (AG), ajusté pour le sexe et la parité. Cette définition ne distingue pas les nouveau-nés constitutionnellement petits mais en bonne santé de ceux dont le petit poids est en relation avec une pathologie. Plusieurs études ont montré que les prématurés dont le PN est le plus petit ont les performances cognitives les plus altérées, en particulier ceux qui sont nés PAG. Chez les enfants nés à terme, des risques de déficits cognitifs mineurs, une fois adolescents et jeunes adultes, ont été rapportés avec des résultats divergents liés à l’absence de distinction entre PAG et RCIU.
Dans le but de préciser les conséquences du petit PN à terme, une équipe norvégienne a conduit une étude prospective de longue durée. Elle a été menée au sein d’une cohorte de 1 200 femmes enceintes (grossesse unique ; 2ème ou 3ème pare) recrutées avant la 20ème semaine, entre 1986 et 88. Dix pour cent d’entre elles ont été tirée au sort pour former un groupe contrôle. Un second groupe a été constitué qui comprenait des femmes à risque d’accoucher d’un enfant de petit PN en raison d’antécédents de PAG, de tabagisme, de poids < 50Kg à la conception, de morts périnatales ou d’HTA essentielle.
Cinquante-neuf enfants de petit PN (> 10ème percentile) et 81 de PN normal (≥10ème percentile) ont pu être soumis à l’âge de 19-20 ans à une évaluation cognitive par la Wechsler Adult Intelligence Scale-Third Edition. Des données échographiques aux 25, 35 et 37ème semainew de grossesse étaient disponibles pour 29 sujets du groupe des petits PN et 75 de ceux du groupe contrôle. Parmi les 29 cas de petit PN, les échographies avaient conclu à l’absence de RCIU pour 23 et l’existence d’un RCIU (poids estimé < -2DS) pour 6.

Dans l’ensemble, le QI global moyen des sujets avec un petit PN, ajusté pour le sexe et le statut socio-économique des parents, est apparu inférieur à celui du groupe contrôle (QI 94,3 vs 100,5) de -6,3 (intervalle de confiance à 95 % -2,8-9,7, P=0,001). En particulier, les scores étaient plus bas pour la compréhension verbale, la mémoire de travail et l’organisation perceptuelle. Cependant, les résultats obtenus chez ceux pour lesquels on disposait d’un suivi échographique suggéraient que le risque de QI plus bas était surtout lié au RCIU (différence -14) alors que les autres sans RCIU avaient un QI seulement inférieur de -4,5. Au sein du groupe contrôle, le tabagisme pendant la grossesse était associé à un QI plus bas (96 vs 104) alors qu’il ne semblait pas avoir d’influence en cas de petit PN avec ou sans RCIU.
En conclusion, le QI plus bas des enfants avec un petit PN paraît en relation avec le RCIU.


Pr Jean-Jacques Baudon Publié le 30/07/2013

Løhaugen GCC et coll. : Small for gestational age and intrauterine growth restriction decreases cognitive function in young adults. J Pediatr., 2013; 163: 447-53

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires