Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 18:58

La neuroborreliose de Lyme, une maladie émergente chez l’enfant

La borreliose de Lyme est la plus fréquente des maladies transmises par les tiques en Europe ; l’agent est un spirochète, Borrelia burgdorferi. Les atteintes cliniques sont variées. Parmi les plus fréquentes, la neuroborreliose (NB) est responsable de méningites et d’inflammation des nerfs crâniens ou périphériques.

Cette étude prospective suédoise avait pour but de décrire les signes de la maladie pédiatrique, son évolution et d’identifier les facteurs de la guérison. Pendant 6 ans, les données des enfants qui avaient subi une ponction lombaire ont été colligées dans 5 centres. Au total, 177 patients avec un tableau clinique évocateur ont été suivis pendant 6 mois, en comparaison d’un groupe contrôle.

Ces enfants ont été classés en 3 groupes : NB confirmée (n=72) car pléocytose (>90 % mononucléaires) et anticorps dans le liquide céphalo-rachidien (LCR), NB possible (n=46) : pléocytose mais pas d’anticorps dans le LCR (26 avaient des anticorps sériques) et sans certitude diagnostique (n=59) car LCR normal (16 avaient des anticorps sériques). Les signes les plus fréquents étaient la fatigue (67 %), la paralysie faciale (55 %), l’anorexie (46 %) et la fièvre (34 %), plus souvent présents dans les NB confirmées que dans les cas incertains.
L’érythème migrant et le lymphocytome, observés dans les 3 groupes, ont débuté dans les 2 mois précédant les symptômes neurologiques et souvent n’ont pas été traités.
Au cours des paralysies faciales, la pléocytose a été observée dans 80 % des cas et les céphalées dans 60 % des cas, plus fréquemment dans les NB confirmées. Les autres neuropathies étaient rares (1/72 cas confirmés, 3/59 cas incertains).

Le traitement des enfants dont le LCR était anormal a été la ceftriaxone (n=62) et la doxycycline (n=56). Au 2e mois, 34 % des patients avaient des symptômes et encore 21 % à 6 mois. Les céphalées et la fatigue étaient les plus notables mais avec une fréquence moindre que dans le groupe contrôle ; onze sur 98 conservaient des signes de paralysie faciale. Aucun facteur de pronostic n’a pu être identifié.

En conclusion, si la maladie de Lyme est fréquente dans certaines régions d’Europe, son diagnostic biologique demeure difficile. Les critères de synthèse intra-thécale d’anticorps spécifiques n’ont pas été remplis chez 59 % des patients avec des symptômes évocateurs. Les tests sérologiques dans le sang ne sont pas fiables. Pour la recherche d’anticorps dans le LCR, les nouvelles techniques avec antigènes recombinants semblent prometteuses.




Dr Jean-Jacques Baudon



Skogman BH et coll. : Lyme neuroborreliosis in children. A prospective study of clinical features, prognosis, and outcome. Pediatr Infect Dis J 2008;27:1089-94

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires