Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 18:34

La trophicité de la muqueuse de l’intestin grêle dépend de l’alimentation, en particulier de l’apport en glutamine. Elle se traduit par une diminution de la perméabilité intestinale après la naissance. A cet égard, on peut se demander si des grands prématurés, à la tolérance digestive limitée, ne tireraient pas profit d’un supplément oral de glutamine ?

L’hypothèse a été testée dans un essai contrôlé et randomisé en double insu qui incluait 101 prématurés de moins de 34 semaines de terme et de 2 kg de poids de naissance [PN].

Les sujets étaient en nutrition parentérale partielle, alimentés avec un lait pour prématurés. De J3 à J30, 51 d’entre eux (PN=1,32 kg, terme=31 sem. en moyenne) ont reçu un supplément oral de glutamine de 0,3 g/kg/jour, et les 50 autres (PN=1,28 kg, terme=30 sem. en moyenne) un supplément oral de dextrine-maltose en guise de placebo.

La perméabilité intestinale a été appréciée en dosant le lactulose et le mannitol dans les urines pendant les six heures suivant l’ingestion d’une quantité donnée de ces deux sucres au 2e jour de vie (avant supplémentation en glutamine), à J7 et à J30. En effet le lactulose ne peut passer que par les « jonctions serrées » et, après absorption, les deux sucres sont excrétés tels quels dans les urines, ce qui fait que leur excrétion équivaut à leur absorption.

Sous glutamine, la perméabilité intestinale a diminué rapidement au cours du 1er mois de vie :

- de façon séquentielle, chez les enfants traités par glutamine, la fraction de lactulose absorbée était plus basse à J7 et à J30 qu’au 2e jour (p <0,005 pour les deux), et le rapport lactulose/ mannitol dans les urines plus bas à J7 (p <0,005) qu’au 2e jour. Chez les témoins, il n’y avait pas de modification autre qu’une baisse de l’absorption du mannitol à J7.

- de façon comparative, la fraction de lactulose absorbée et le rapport lactulose/ mannitol dans les urines étaient moindres chez les enfants traités par glutamine que chez les témoins à J7 (p <0,05) et plus nettement encore à J30 (p <0,005). La fraction de mannitol absorbée était aussi moindre à J30 (p <0,05).

L’incidence des entérocolites ulcéro-nécrosantes (définies par un stade de Bell >2) et celle des septicémies étaient significativement plus faibles chez les enfants traités par glutamine que chez les témoins aux pointages faits à J7 et à J30 (p <0,005 pour les entérocolites ; p <0,05 pour les septicémies).

Au total, la glutamine a fait diminuer la perméabilité intestinale de prématurés en nutrition parentérale partielle, et elle les a protégés contre les entérocolites et les septicémies (par translocation bactérienne ?). Cependant, il serait hâtif de donner un supplément de glutamine per os aux grands prématurés jusqu’à alimentation totale. L’essai ne démontre ni que l’effet protecteur est dû à la maturation des jonctions serrées ni que la voie orale est nécessaire, les entérocytes utilisant aussi la glutamine IV.



Dr Jean-Marc Retbi


Sevastiadou S et coll. : The impact of oral glutamine supplementation on the intestinal permeability and incidence of necrotizing enterocolitis/ septicemia in prematures neonates. J Maternal-Fetal Neonat Med 2011; publication avancée en ligne le 4 avril.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires