Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 08:12
La fibrillation auriculaire (FA) est l’arythmie cardiaque soutenue la plus fréquente. Ainsi, les études épidémiologiques publiées, concernant principalement les populations blanches d’Amérique du Nord ou d’Europe situent sa prévalence entre 1 et 2 % de la population générale. La prévalence de la FA atteint 15 % chez les malades souffrant d’un accident ischémique cérébral. Une étude s’est donné comme objectif d’examiner la littérature publiée sur l'épidémiologie de la FA dans d'autres régions du monde. Les recherches documentaires ont été effectuées via MEDLINE, en identifiant les travaux publiés entre 1990 et 2010, excepté ceux ayant pour cadre l'Amérique du Nord et l’Europe. Une analyse descriptive des données sur la prévalence de la FA, ses facteurs de risque, l'utilisation de traitements anticoagulants a été effectuée, sans méta-analyse. Sur les 38 articles retenus, beaucoup proviennent d'Extrême-Orient (14 du Japon et 8 de Chine), bien que l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Moyen-Orient et l’Amérique du Sud soient également représentés. La prévalence de la FA fluctue selon les pays, et selon les populations étudiées. Elle varie de 0,1 %(Inde) à 4 %(Australie) dans les études de cohorte sur la population générale. Comme observé dans les travaux européens ou d’Amérique du Nord, la fréquence de la FA augmente avec l’âge et elle est plus élevée pour les sujets de sexe masculin. Chez les patients hospitalisés, la prévalence de l’arythmie auriculaire est plus élevée, de 2,8 % (Malaisie) à 14 % (Japon). Les atteintes valvulaires et les atteintes post rhumatisme articulaire aigu sont les facteurs de risques les plus cités de FA. Le taux de mise en œuvre d'un traitement par anti-vitamine K varie également considérablement selon les pays, de 0,5 % en Chine à 70,1 % au Japon. L’aspirine est prescrite à environ un tiers des patients. L’incidence des accidents emboliques chez les malades hospitalisés oscille entre 1,7 % et 5,6 %par an. Dans leur discussion, les auteurs soulignent l’hétérogénéité des études sélectionnées, qui va de la taille de l’échantillon à la définition d’un AVC. Un résultat notable est la forte proportion de patients non traités par anticoagulants, et par conséquent à risque d'AVC. Des études épidémiologiques de qualité sont clairement requises pour améliorer la compréhension de cette affection ainsi que sa prise en charge au niveau mondial. Dr Béatrice Jourdain Lip G et coll. : The Global Burden of Atrial Fibrillation and Stroke A Systematic Review of the Epidemiology of Atrial Fibrillation in Regions Outside North America and Europe Chest 2012; 142: 1489

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article

commentaires