Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2014 2 18 /11 /novembre /2014 11:20

L’organisme a besoin de monoxyde de carbone pour combattre les bactéries

 

Le système immunitaire inné a besoin de monoxyde de carbone d’origine naturelle pour accomplir ses tâches.

En particulier, le gaz est indispensable pour signaler aux macrophages la présence d’intrus qu’il faut attaquer.

C’est la découverte réalisée par des chercheurs américains dans une étude publiée dans la revue « The Journal of Clinical Investigation ».

Le monoxyde de carbone est produit à partir du gène de l’hème oxygénase-1 (HO-1).

Comme le gène HO-1 est très actif dans les macrophages qui luttent contre une infection bactérienne, les chercheurs du Beth Israel Deaconess Medical Center ont présumé que le monoxyde de carbone produit par HO-1 agissait comme un « éclaireur » pour le système immunitaire.

Cette hypothèse a été analysée en utilisant un modèle murin de septicémie. On a ainsi pu démontrer que les animaux dont le gène HO-1 avait été inactivé présentaient une réponse extrêmement sensible aux bactéries et des signes classiques de syndrome de réponse inflammatoire systémique (SRIS).

Un traitement de ces animaux par du monoxyde de carbone a permis de les sauver ; le gaz a manifestement stimulé la réponse immunitaire de l’organisme.

Des essais sur des modèles cellulaires en laboratoire ont montré que le mécanisme de l’activation des macrophages obéit à un processus en deux étapes.

Le premier signal stimule la production de monoxyde de carbone à l’intérieur des cellules, qui est ensuite libéré pour établir si oui ou non des bactéries sont effectivement présentes. En cas de présence des bactéries, le monoxyde de carbone se lie à un complexe de protéines bactériennes, ce qui les contraint à libérer de l’adénosine triphosphate (ATP).

Cette molécule est ensuite détectée par un récepteur spécifique des macrophages, ce qui constitue la deuxième étape de l’alerte. L’augmentation soudaine de l’ATP active les macrophages et conduit à mobiliser davantage de leucocytes pour combattre l’infection.

À faible dose non toxique, le monoxyde de carbone pourrait à l’avenir être utilisé pour lutter contre les infections bactériennes dangereuses, estime l’auteur principal, Leo E. Otterbein. Il espère être en mesure de tester cette option lors d’essais cliniques.

 

  • APA
  • 17 nov 2014

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires