Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 19:03
Une relation entre infection et obésité est un concept qui aurait été considéré avec dédain il y a quelques décennies.

Plus maintenant.

La médecine ayant montré depuis le rôle déterminant de certains agents infectieux dans une liste de maladies chroniques.

Faut-il maintenant ajouter l'obésité à cette liste ?

Le Pr Dhurandar du laboratoire « infection et obésité » en Louisiane, USA, a essayé de répondre à cette question en passant en revue les 60 articles publiés depuis 1990 (dont 45 durant les 5 dernières années)
Quelles sont les conclusions de cette revue?

1. Les adénovirus, qui font partie des virus responsables d'infections respiratoires, et en particulier la souche Ad-36, semblent être actuellement les seuls virus qui aient été associés à l'obésité.

2. Dans les modèles animaux, l'infection expérimentale de certains animaux (poulets, souris, primates...) montre une association significative entre l'infection à Ad-36 avec une prise de poids et de la masse grasse (60 % en moyenne), association ne pouvant être expliquée par des variations dans l'apport alimentaire. Cette réponse varie selon les espèces. Une étude longitudinale chez les singes rhésus a permis de montrer que l'infection naturelle à Ad-36 est associée à une prise de poids de 15 %.

3. Chez l'homme, déterminer l'action de Ad-36 sur l'obésité est plus difficile car il n'est pas possible, pour des raisons éthiques, de pratiquer des études contrôlées. Toutefois on a pu constater rétrospectivement que les personnes ayant été infectées naturellement par Ad-36 (séropositives) sont statistiquement plus souvent obèses que les personnes non infectées (séronégatives).

Un autre travail intéressant a étudié les conséquences d'une infection par le virus Ad-36 naturelle et discordante chez des vrais jumeaux (28 paires). Les jumeaux séropositifs ont pris plus de poids et « de gras » que leurs homologues séronégatifs.

Bien que cette augmentation soit statiquement significative elle reste faible (1,4 point d'IMC et 2,1 % de graisse corporelle).

En conclusion, les études actuelles sont manifestement en faveur d'un rôle adipogénique d'Ad-36 chez l'animal.

Chez l'homme on constate seulement que l'infection naturelle par Ad-36 serait associée à une augmentation du poids et de la masse grasse.

Sachant qu'une association n'est pas une preuve de causalité, surtout dans une maladie aussi complexe et multifactorielle que l'obésité humaine, la contribution des adénovirus et de Ad-36 à la prise de poids et son ampleur restent imprécises chez l'homme.

Faute d'études contrôlées, des études longitudinales pourraient aider à clarifier le problème dans l'avenir. Une éventuelle causalité ouvre la voie à une possible prévention par un vaccin.

Dhurandhar NV et coll. : Is obesity caused by an adenovirus? Expert Rev Anti Infect Ther., 2012 ; 10 : 521-524.


03/08/12
Dr Rodi Courie

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires