Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 22:49
Malgré une bonne couverture vaccinale des nourrissons et des enfants, les Etats-Unis sont confrontés périodiquement à la survenue d’épidémies de coqueluche, dont l’incidence augmente régulièrement depuis 1980. Les raisons en sont sans doute complexes, mais certains travaux récents suggèrent que le vaccin acellulaire utilisé depuis 1990 serait moins efficace que le vaccin classique à cellules entières employé antérieurement et désormais abandonné. La protection qu’il confère diminuerait significativement après la dernière dose administrée. Aux Etats-Unis, depuis 2005, un rappel est recommandé chez tous les adultes entre 11 et 64 ans, recommandation élargie depuis 2012 aux plus de 65 ans. Une étude cas-témoin a été réalisée à partir des membres adhérents à un système de soins californien. Au total 668 patients, âgés de plus de 11 ans, atteints de coqueluche avec une réaction PCR positive, ont été comparés à 10 098 sujets suspects mais testés négatifs et 21 599 autres adhérents au même système de soins. L’objectif était d’évaluer l’efficacité du vaccin acellulaire chez les adolescents et les adultes. L’étude a eu lieu entre janvier 2006 et décembre 2011, incluant les importantes épidémies de 2010 et 2011. Le taux de couverture vaccinale est de 24 % chez les patients ayant une PCR positive et de 31,9 % chez les patients témoins PCR négative. L’efficacité du rappel par le vaccin acellulaire paraît modérée, puisque la vaccination réduit le risque de coqueluche confirmée par PCR de 53 % (intervalle de confiance à 95 % [IC] 42 % à 62 %) par rapport aux sujets testés PCR négatifs et de 64 % (IC 55,5 % à 70,9 %) par rapport au groupe témoin non testé. L’analyse en sous-groupes retrouve cette efficacité modérée autant chez les patients les plus âgés, dont les primo-vaccinations avaient été faites avec le vaccin à cellules entières, que chez les plus jeunes ayant reçu dès le début le vaccin acellulaire. Les cas de coqueluche sont toutefois plus fréquents dans ce dernier groupe, notamment parmi les 11-14 ans, qui semblent donc devoirbien être la cible prioritaire pour la vaccination de rappel. Aux Etats-Unis, le schéma vaccinal du jeune enfant prévoit une injection de vaccin acellulaire contre la coqueluche à 2 mois, 4 mois, 6 mois, un rappel entre 15 et 18 mois puis à 5-6 ans. Rappelons qu’en France le nouveau calendrier vaccinal préconise une injection à 2 mois, 4 mois et 11 mois avec le vaccin acellulaire, un rappel à l’âge de 6 ans, puis un rappel avec un vaccin à concentration réduite d’antigène coquelucheux entre 11 et 13 ans et à nouveau à 25 ans, « en complément de la stratégie du cocooning ». Dr Roseline Péluchon Publié le 28/07/2013 Baxter R et coll. : Effectiveness of pertussis vaccines for adolescents and adults: case-control study. BMJ 2013; 347: f4249. doi: 10.1136/bmj.f4249

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires