Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 19:21

L’Agence européenne du médicament

censure les données de pharmacovigilance

 

 

 

Les données sur les effets indésirables

des médicaments sont sensibles.

 

Sensibles pour les patients et les soignants,

qui ont besoin d’y avoir accès pour améliorer la qualité des soins.

 

Sensibles pour les firmes pharmaceutiques, dont les affaires sont freinées par la divulgation des limites de leurs produits, particulièrement leurs risques.

 

Les agences du médicament détiennent beaucoup de données sur les effets indésirables des médicaments.

Mais elles en diffusent peu.

 

Pour son travail de synthèse méthodique, Prescrire demande souvent à l’Agence européenne du médicament (EMEA) l’accès à des informations qui

ne sont pas rendues publiques sur le site internet de cette agence.

 

La réponse de l’Agence au sujet du rimonabant

(ex-Acomplia°, retiré du marché depuis) est exemplaire de la censure exercée par les agences.

 

L’Agence a fourni à Prescrire plusieurs documents.

Sur les 68 pages d’un rapport de l’Agence suédoise, il n’y a pas plus de 2 pages lisibles ; le reste du texte est méthodiquement noirci ligne par ligne, parfaitement caviardé, y compris la date du rapport ! (voir un

aperçu page 537 et le document complet sur le site prescrire.org)

 

Sur un rapport de l’Agence européenne, 2 pages de données de fréquence des effets indésirables sont

pareillement rendues illisibles. Etc…

 

L’Agence européenne se retranche derrière la protection des intérêts commerciaux et de la propriété intellectuelle

pour tenter de justifier ces procédés.

 

Mais qu’est-ce qui justifierait que des autorités de santé privent les soignants et les patients d’informations de pharmacovigilance ? Quel secret industriel serait opposable à la nécessité de protéger les patients de la toxicité des médicaments ?

 

Pendant combien de temps encore les autorités vont-elles ainsi nuire à la population et se décrédibiliser en faisant passer les intérêts économiques des firmes avant ceux des patients ?

 

©Prescrire 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires