Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 07:59
Les personnes stressées qui grossissent présentent une prise de poids essentiellement dans la région gastrique. Des chercheurs autrichiens viennent d'identifier l'un des mécanismes responsables de ce phénomène, une chaîne de processus moléculaires, et ont publié leurs résultats dans la revue Cell Metabolism. D'après les chercheurs, les principaux facteurs sont le gène LMO3 dépendant des glucocorticostéroïdes et l'enzyme 11βHSD1. Le gène MLO3 joue un rôle majeur dans la répartition du tissu adipeux dans la région gastrique. L'enzyme 11βHSD1 et une augmentation des concentrations de glucocorticostéroïdes déclenchent ce processus. « On pourrait dire que l'enzyme est le chargeur du gène LMO3, qui est l'exécuteur de la répartition », explique le directeur de l'étude, Martin Bilban, de l'Université de médecine de Vienne (Autriche). Les chercheurs ont montré que les taux de LMO3 et de 11βHSD1 chez les patients obèses sont étroitement corrélés et que les deux stimulent également le développement des adipocytes. « Sur le plan moléculaire, le gène LMO3 a un effet stimulant sur PPARγ, le gène fondamental pour le développement des adipocytes », déclare Martin Bilban. Les chercheurs espèrent que ces résultats permettront de mettre au point de nouveaux traitements contre le syndrome métabolique. L'accumulation de graisse viscérale pourrait être évitée en bloquant spécifiquement le gène LMO3, suggère Martin Bilban. APA 17 juillet 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires