Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 13:18

Grosse fatigue après une maladie infectieuse

Publié le 07/09/2006


Le syndrome de fatigue chronique (SFC) se définit par l’existence d’une asthénie persistante ou récidivante pendant au moins 6 mois, qui ne peut s’expliquer ni par une affection médicale ni par des troubles psychiatriques.

Le repos ou la diminution de l’activité ne permettent en aucun cas de venir à bout de ce syndrome proprement épuisant, autant pour le patient que pour le médecin.

 

Certes, le SFC peut survenir dans les suites d’une maladie infectieuse aiguë, mais de nombreuses études cas-témoins n’ont révélé aucune association significative entre ces deux cadres pathologiques.

 

Sur un autre plan, les états d’asthénie post-infectieuse sont un grand classique de la médecine et le spectre des infections causales est extrêmement large, puisqu’il inclut, par exemple, la brucellose, la maladie de Lyme ou encore la fièvre Q entre autres rickettsioses et la méningite virale, cette liste étant loin d’être exhaustive.

 

 

Quelle est la place des autres microorganismes, notamment des virus et quels sont les facteurs de risque associés au SFC ? Quelles sont son évolution à long terme et son expression symptomatique ? C’est à ces questions que répond une étude de cohorte prospective dans laquelle ont été inclus 253 malades résidant dans une région rurale d’Australie, en l’occurrence Dubbo. Dans tous les cas, ces sujets avaient été victimes d’une infection par le virus d’Epstein Barr, d’une fièvre Q ou encore d’une polyarthrite épidémique virale.

Au terme d’un suivi de 6 mois, il existait encore, chez 12 % des participants, des signes témoignant d’une maladie prolongée, caractérisée par une asthénie invalidante, des douleurs musculosquelettiques et des troubles neurocognitifs. Dans la majorité des cas (11 %), étaient réunis les critères diagnostiques requis pour évoquer le SFC.

Le phénotype de la fatigue post-infectieuse observée dans ce contexte s’est avéré stéréotypé et sa fréquence similaire, quelle que soit l’infection en cause. Plus que les caractéristiques démographiques ou psychologiques, ou encore les facteurs microbiologiques, c’est la sévérité de la maladie infectieuse inaugurale qui s’est révélée être la variable la plus prédictive d’un état d’asthénie prolongée.

Cette étude de cohorte prospective tend à faire de la fatigue post-infectieuse une entité pathologique à part entière qui n’est pas sans rappeler le SFC. Elle survient chez une minorité de malades victimes d’une infection aiguë virale ou non virale en règle sévère et peut perdurer au moins 6 mois. La physiopathologie  de ce curieux syndrome reste à déterminer.

 

Dr Peter Stratford

 

Hickie I et coll. : “Post-infective and chronic fatigue syndrome precipitated by viral and non-viral pathogens: prospective cohort study.” Br Med J 2006; publication avancée en ligne le 1er septembre 1/09/2006.

 

BMJ.2006 Sep 16;333(7568):575. Epub 2006 Sep 1.

Post-infective and chronic fatigue syndromes precipitated by viral and non-viral pathogens: prospective cohort study.

Hickie I,Davenport T,Wakefield D,Vollmer-Conna U,Cameron B,Vernon SD,Reeves WC,Lloyd A;Dubbo Infection Outcomes Study Group.

Brain and Mind Research Institute, Sydney University, Sydney, NSW 2050, Australia.

Abstract

OBJECTIVE: To delineate the risk factors, symptom patterns, and longitudinal course of prolonged illnesses after a variety of acute infections.

DESIGN: Prospective cohort study following patients from the time of acute infection with Epstein-Barr virus (glandular fever), Coxiella burnetii (Q fever), or Ross River virus (epidemic polyarthritis).

SETTING: The region surrounding the township of Dubbo in rural Australia, encompassing a 200 km geographical radius and 104,400 residents.

PARTICIPANTS: 253 patients enrolled and followed at regular intervals over 12 months by self report, structured interview, and clinical assessment.

OUTCOME MEASURES: Detailed medical, psychiatric, and laboratory evaluations at six months to apply diagnostic criteria for chronic fatigue syndrome. Premorbid and intercurrent illness characteristics recorded to define risk factors for chronic fatigue syndrome. Self reported illness phenotypes compared between infective groups.

RESULTS: Prolonged illness characterised by disabling fatigue, musculoskeletal pain, neurocognitive difficulties, and mood disturbance was evident in 29 (12%) of 253 participants at six months, of whom 28 (11%) met the diagnostic criteria for chronic fatigue syndrome. This post-infective fatigue syndrome phenotype was stereotyped and occurred at a similar incidence after each infection. The syndrome was predicted largely by the severity of the acute illness rather than by demographic, psychological, or microbiological factors.

CONCLUSIONS: A relatively uniform post-infective fatigue syndrome persists in a significant minority of patients for six months or more after clinical infection with several different viral and non-viral micro-organisms. Post-infective fatigue syndrome is a valid illness model for investigating one pathophysiological pathway to chronic fatigue syndrome.

PMID: 16950834 [PubMed - indexed for MEDLINE]PMCID: PMC1569956Free PMC Article

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires

définition halitose 26/02/2015 13:10

I was just seeking this information for a while. After six hours of continuous Googleing, at last I got it in your website. I wonder what's the lack of Google strategy that don't rank this type of informative websites in top of the list. Usually the top sites are full of garbage.

avoir une bonne haleine au reveil 26/02/2015 13:10

Thank you for another excellent article. Where else could anyone get that kind of info in such an ideal way of writing? I've a presentation next week, and I am on the look for such info.

resiliation mutuelle 02/03/2012 13:08

Il faut prendre du temps pendant la convalescence.

resiliation mutuelle 02/03/2012 13:04

Il faut prendre du temps pendant la convalescence.