Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 08:18
« Génériques : la crise de confiance » Le Parisien , L'Express C’est ce que titre Le Parisien sur sa Une, relevant que « selon un sondage, la confiance dans les génériques s’érode. Les Français sont d’autant plus sceptiques que ces médicaments sont pour l’essentiel fabriqués à l’autre bout du monde dans des conditions difficilement contrôlables ». Le journal relate ainsi les résultats de l’enquête Ifop pour le groupement de pharmaciens PHR, selon laquelle « 61% des Français affirment que les génériques sont aussi sûrs que les médicaments d’origine, contre 71% en 2011 ». Le quotidien ajoute que « près de 4 Français sur 10 (39%) sont sceptiques sur le fait qu’ils soient aussi efficaces que les originaux. Une personne sur deux (46%) critique la nouvelle disposition qui oblige à avancer l’argent si on refuse un générique au profit d’un princeps ». Lucien Bennatan, président du groupe PHR, précise que « ces résultats ne doivent pas faire oublier que le générique est un produit sûr ». Le Parisien relève cependant que « les éléments recueillis au cours de cette enquête auprès de différents professionnels de santé montrent que le problème est plus profond. Du fait de la mondialisation, la production de matières premières […] s’est complètement recentrée sur l’Asie ». David Simonnet, directeur général du groupe Axyntis, industriel fabriquant des principes actifs en France, remarque ainsi : « On estime que 80% des principes actifs des génériques sont maintenant faits en Chine et en Inde, contre 50% pour les princeps ». Le journal continue : « Le problème, détaillent les sources contactées, c’est que les milliers de sites de production chinois et indiens sont très peu contrôlés. La Direction européenne de la qualité du médicament n’a mené en 2011 que 18 inspections en Asie, qui ont abouti à la suspension d’autorisation de 29 sites. Or, des médecins en France sont confrontés en ce moment à une moindre efficacité des traitements de leurs patients, notamment de l’antibiotique vancomycine, produit dont la matière première est partiellement fabriquée en Chine, sur des sites non inspectés ». Le Parisien ajoute qu’« aussi étonnant que cela puisse paraître, le grand public n’a pas les moyens de savoir d’où viennent les matières premières qui ont servi à fabriquer son médicament. Seul le nom du «titulaire et exploitant» figure sur l’emballage. C’est pour cela que la présidente d’une grande association de malades demande que la règle change et qu’une étiquette mentionne dorénavant d’où viennent les principales matières premières entrant dans la composition des médicaments. Une vraie révolution ». Claude Rambaud, présidente du Lien, déclare ainsi que « l’équivalence entre un médicament générique et le princeps, dont il est pourtant censé être la copie, n’est pas toujours réelle. […] On ne connaît pas assez l’origine des médicaments génériques. Le made in China ou le made in India doit apparaître sur les boîtes de médicaments ». La responsable indique en outre : « Nous avons envoyé, au nom du CISS, une lettre à la ministre de la Santé […] en lui demandant davantage de contrôles et de transparence dans le domaine du générique. Nous souhaiterions également qu’un rapport de l’Igas sur la politique française en matière de génériques, qui lui a été remis, soit rendu public ». train vers Amsterdam Zuid et Rai station

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires