Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 07:45
Et si le secret de la vie tenait dans une goutte d'eau La goutte d'eau pourrait avoir joué un rôle dans l'émergence du vivant sur Terre. Au détour d'une expérience de microfluidique, des chercheurs français ont fait une découverte étonnante. De nature à éclairer les origines de la vie ! Et si l'une des clés de l'apparition de la vie sur Terre se cachait dans quelque chose d'aussi anodin qu'une goutte d'eau. Alors que, dans le monde entier, des exobiologistes -- les spécialistes de l'origine de la vie -- planchent sur la question de l'émergence du vivant, cette hypothèse aussi surprenante que séduisante a surgi dans un laboratoire de l'université de Strasbourg spécialisé dans la microfluidique, la science de la manipulation des fluides à l'échelle micrométrique. Le projet initial des chercheurs était de mettre au point une technique permettant de fabriquer facilement de grandes quantités de molécules différentes, à destination notamment de l'industrie pharmaceutique. Sauf qu'en testant leur dispositif l'équipe d'Andrew Griffiths a eu une sacrée surprise ! En introduisant, dans de micro-gouttelettes d'eau, deux composés (amine et aldéhyde) censés réagir entre eux pour produire une molécule fluorescente (imine fluorescente), les scientifiques ont obtenu des résultats spectaculaires : très vite, toutes leurs micro-gouttelettes se sont mises à briller intensément. Ainsi, non seulement la réaction chimique s'était bien produite, mais quelque chose l'avait aussi considérablement accélérée, le nombre de molécules fluorescentes formées étant pas moins de 45 fois plus élevé que prévu ! Le défi de la complexification Mais quel rapport avec l'origine de la vie ? Alors que l'on sait maintenant que les acides aminés - à partir desquels on pourrait théoriquement former tous les êtres vivants qui existent - sont finalement disponibles un peu partout, y compris dans l'espace, la problématique de l'émergence du vivant réside essentiellement dans le secret de la complexification croissante des molécules jusqu'à la formation de la La suite : http://www.lepoint.fr/tiny/1-1906489 via @LePoint http://www.lepoint.fr/tiny/1-1906489 Par Par Chloé Durand-Parenti LePoint.fr Brevet : http://www.faqs.org/patents/inventor/griffiths-6/ Utilisation de la microfluidique à base de gouttelettes afin d'améliorer les propriétés catalytiques de l'ARN dans des conditions multiples. Auteurs Ryckelynck M1, Baudrey S2, Rick C3, Marin A4, Coldren F4, E2 Westhof, Griffiths AD5. Journal ARN. 2015 Mar; 21 (3): 458-69. doi: 10,1261 / rna.048033.114. Epub 2015 le 20 janvier. Résumé Les méthodes étudiant l'évolution in vitro sont des approches puissantes pour identifier denouvelles fonctionnalités de l'ARN Bien que l'évolution systématique de ligands par enrichissement exponentiel (SELEX) soit une approche efficace pour générer de nouveaux aptamères d'ARN, elle est moins adaptée pour l'isolement de ribozymes efficaces car elle ne sélectionne pas directement la catalyse. Le cloisonnement in vitro (IVC) dans des gouttelettes aqueuses avec des émulsions permet à l'ARN catalytiques d'être sélectionnés dans des conditions multiples, mais souffre de graves limitations qui peuvent être surmontés en utilisant la microfluidique workflow basée sur des gouttelettes décrites dans le présent document. L'Utilisation de la microfluidique, avec des millions de gènes dans une bibliothèque peuvent être compartimentée individuellement dans des gouttelettes aqueuses très monodisperses et les opérations effectuées en série sur elees. Ceci permet aux différentes étapes du processus d'évolution (amplification génique, la transcription et phénotypique dosage) d'être désaccouplée, ce qui rend le procédé très souple, applicable à la sélection et l'évolution d'une variété d'ARN, et facilement adaptable sur l'évolution de l'ADN ou des protéines . Pour démontrer la méthode, nous avons effectué des cycles de mutagenèse et de sélection aléatoire de faire évoluer le X-motif, un ribozyme qui, comme de nombreux ribozymes sélectionnés à l'aide SELEX, a limité l'activité multiple. Cela a conduit à la sélection de variants, susceptibles d'être les ribozymes optimales qui peuvent être générés en utilisant le point mutagenèse seul, avec un nombre dans des conditions multiples, k (ss) chat, ~28 fois plus élevé que le X-motif original , principalement attribuable à une augmentation du taux de libération du produit, l'étape de limitation de vitesse dans la réaction multiple de nombre. © 2015 Ryckelynck et al .; Publié par Cold Spring Harbor Laboratory Press pour la société de l'ARN. PMID 25605963 [PubMed - en cours] Andrew Griffiths, collège des conseillers scientifiques Andrew Griffiths, membre externe, laboratoire de biochimie, École supérieure de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris. Andrew Griffiths, born in 1964 in Hathersage, U.K., is Professor of Biochemistry at the ESPCI ParisTech, Paris since September 2012. In 2013, he co-founded HiFiBiO, a start-up company developing high-throughput solutions based on single cell technologies for drug discovery. EDUCATION Andrew Griffiths received a B.Sc. in Biochemistry (First Class) from the University of Sheffield in 1985 and a Ph.D. from the University of Leicester in 1988. He then joined Greg Winter at the MRC Laboratory of Molecular Biology (LMB), Cambridge. There he started developing phage-display for the selection of human antibodies for therapy, first as a Post Doc. (1989-1990) and later as a Cancer Research Campaign Fellow (1991-1995). This led to the creation of the Cambridge Antibody Technology and Domantis and to the drugs Humira® and Benlysta®. PROFESSIONAL EXPERIENCE From 1995 to 2005, while working as a Senior Scientist at the LMB, with Dr. Dan Tawfik, Andrew Griffiths developed a novel system for high-throughput screening and directed evolution based on in vitro compartmentalisation (IVC) of reactions in aqueous microdroplets in water-in-oil emulsions. In 2004, based on the intellectual property (IP) associated with this work, he co-founded RainDance Technologies, who market droplet-based microfluidic systems for targeted resequencing and digital PCR. He holds an ERC Advanced Grant and is also coordinator and deputy coordinator, respectively, of two Investissement d’Avenir projects: DigiDiag and Medalis. HONORS AND AWARDS In October 2005, he received a Chaire d’Excellence from the French Research Ministry, which enabled him to move his team to the Institut de Science et d’Ingénierie Supramoléculaires (ISIS) in Strasbourg. There he developed droplet-based microfluidic systems for directed evolution of enzymes, high-throughput screening for drug discovery and diagnostic applications. Mis à jour le 16/06/2014

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires

Dr Michel PONTIS 20/03/2015 18:21

je ne reçois plus les articles super intéressants de chronimed. est-ce normal?