Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 10:11

Enquête norvégienne sur le syndrome de fatigue chronique

L'origine du syndrome de fatigue chronique reste encore inexpliquée. Le manque de critères objectifs en rend le diagnostic difficile et incertain. Si les symptômes peuvent varier en intensité selon les patients, une fatigue persistante ou récidivante est toujours présente.


Plusieurs mécanismes étiologiques ont été évoqués, parmi lesquels une infection, un stress ou un traumatisme. Par exemple, une recrudescence de cas de syndrome de fatigue chronique a été notée à Bergen, en Norvège, en 2004, à la suite d'une épidémie de giardiase par contamination de l'eau. Une origine auto-immune est aussi suspectée.


Toutes ces incertitudes rendent difficiles l'évaluation de la prévalence et de l'incidence du syndrome de fatigue chronique.

Une étude norvégienne vient toutefois apporter quelques précisions. Cette enquête épidémiologique est basée sur les registres de données et a permis d'identifier 5 809 patients chez qui le diagnostic de syndrome de fatigue chronique a été porté entre 2008 et 2012.

L'incidence s'élève à 25,8 pour 100 000 personnes années, mais avec 3 fois plus de femmes atteintes que d'hommes.

Un élément retient particulièrement l'attention : l'incidence varie avec l'âge, avec 2 pics d'incidence, l'un entre 10 et 19 ans et l'autre entre 30 et 39 ans.
Les auteurs notent que leur étude est réalisée à partir de registres tenus par des services spécialisés et il se pourrait qu'elle sous-estime l'incidence réelle de la maladie, un certain nombre de diagnostics étant portés lors de consultations en soins primaires et donc non pris en compte dans ces registres.

Le recensement est basé sur le codage reporté sur les registres et ne tient pas compte du tout des critères de diagnostic.


Il n'en demeure pas moins que les deux pics d'incidence paraissent un élément intéressant pour les hypothèses étiologiques.

La prépondérance du diagnostic chez les femmes autorise à penser que les hormones prendraient part à l'affection. La puberté et les années qui la suivent sont des moments à vulnérabilité particulière pour le début de plusieurs maladies, notamment auto-immunes et psychiatriques.

De même, la période entre 30 et 39 ans est celle des grossesses, avec les modifications hormonales brutales qu'elles engendrent. Celles-ci pourraient avoir un impact au niveau du système nerveux.

Des mécanismes de ce type ont été évoqués dans la pathogénie de la fibromyalgie et pourraient être en cause aussi dans le développement du syndrome de fatigue chronique.


Mais les auteurs n'excluent pas l'hypothèse auto-immune. Les deux pics observés pourraient en effet aussi être liés à une première exposition à l'agent infectieux à l'adolescence (1er pic), suivie par la réactivation d'une infection latente (2ème pic).

Cette réactivation pouvant elle-même être favorisée par un choc, un stress chronique ou une grossesse.


Beaucoup de conditionnels donc pour une maladie qui laisse encore certains sceptiques.

Malgré des éléments intéressants fournis par cette étude, plusieurs questions restent en suspens sur ce syndrome de fatigue chronique qu'entourent pour l'instant plus de zones d'ombre que de certitudes.

Date de création : 17 oct 2014

 JIM
 17 oct 2014

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires

mauvaise haleine matin 23/02/2015 04:17

I'd need to examine with you here. Which isn't something I usually do! I enjoy studying a post that may make people think. Also, thanks for permitting me to remark!

ne plus avoir mauvaise haleine 23/02/2015 04:17

Does your blog have a contact page? I'm having trouble locating it but, I'd like to send you an email. I've got some creative ideas for your blog you might be interested in hearing. Either way, great website and I look forward to seeing it develop over time.