Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 18:17

Tavan E 1, Cayuela C 2, Antoine JM 2, Cassand P 1

1 Laboratoire Alimentation et cancérogenèse du côlon, Université Bordeaux-1. 
2 Danone Vitapole, Le Plessis-Robinson.

 

Les amines aromatiques hétérocycliques (AAH), agents hautement mutagènes trouvés dans les aliments après les procédés de cuisson, sont suspectées d'avoir un rôle dans l'étiologie du cancer colorectal humain.

Cependant, ce sont des agents initiateurs, il est donc intéressant de les utiliser dans les études d'anticancérogenèses pour tester l'effet protecteur potentiel de lait et de laits fermentés, vis-à-vis de la cancérogenèse colique induite par les AAH chez le rat.

Quinze rats mâles F344 sont induits pendant 7 semaines par un mélange de 3 AAH incorporés dans l'aliment.

Les rats sont répartis en 3 lots suivant leur diète, eau, lait, lait fermenté par une souche de Bifidobacterium, collection Danone.

Pendant le traitement, les fèces des rats sont récoltés pour quantifier la mutagenèse excrétée.

Après l'induction, 7 rats sont sacrifiés. Les activités P450 1A1 et 1A2 hépatiques et coliques sont mesurées.

Les lésions à l'ADN sont évaluées avec le test 3D (DNA Detection Damage), la 8-oxodéoxyguanosine et le test des comètes.

Les animaux restants reçoivent les différents régimes sans AAH pendant 8 semaines. Après sacrifice, les cryptes aberrantes (CA) et les foyers de cryptes aberrantes (FCA) sont quantifiées.

Les résultats montrent que les animaux supplémentés avec les produits laitiers ont significativement moins de lésions néoplasiques que les animaux témoins (­ 65 %, p < 0,05).

L'effet est plus important avec le lait fermenté (­ 95 %, p < 0,01).

La métabolisation des AAH et les lésions à l'ADN dans les cellules coliques diminuent chez les animaux supplémentés avec les produits laitiers, respectivement ­ 19 % (p < 0,05) et ­ 78 % (p < 0,01).

Les résultats montrent une corrélation positive (p < 0,05) entre les marqueurs précoces ainsi qu'avec les CA et les FCA : les produits laitiers peuvent agir dès les premiers stades du processus cancérogène avant l'étape d'initiation.

Ces résultats sont prometteurs dans un contexte de prévention de la cancérogenèse colique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article

commentaires