Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 10:21
« un groupe de chercheurs français et une eurodéputée dénoncent les procédures actuelles de stérilisation des sondes échographiques. Selon les experts, changer les appareils permettrait d'éviter des milliers de cas d'infections nosocomiales ». « Michèle Rivasi, députée européenne (EELV), a réuni autour d'elle de nombreux scientifiques français à l'occasion de la publication d'un rapport parlementaire sur les risques de contamination, lors d'examens médicaux, par les sondes endocavitaires. Ces objets sont utilisés lors des grossesses mais aussi pour détecter de nombreuses pathologies ». L’hebdomadaire précise que « parmi les experts, Yahia Mekki, virologue au CHU de Lyon, a publié très récemment une étude qui prouve que de nombreux virus résistent aux méthodes de désinfection actuelles de ces outils. [Il] estime que ces bactéries qui résistent à la stérilisation sont la cause de plusieurs milliers d'infections nosocomiales chaque année ». Dans un entretien, le Dr Mekki déclare ainsi : « J’ai publié une étude dans Plos One, qui prouve pour la première fois que des virus de petite taille résistent à la façon dont sont stérilisées les sondes échographiques. Il s'agit notamment des papillomavirus, dont aucun article n'avait jusqu'à présent étudié la résistance aux méthode de bas niveau de désinfection ». « Il faut privilégier les méthodes dites à haut niveau de désinfection comme les ultraviolets ou le péroxyde d'hydrogène. Les hôpitaux doivent s'équiper et adopter ces nouvelles méthodes pour éviter davantage d'infections nosocomiales », poursuit le virologue, qui explique qu’« une projection mathématique a montré qu'en changeant notre façon de faire on pourrait éviter chaque année 63 cas d'infection au VIH, 1 624 contaminations à l'hépatite B, 239 hépatites C et 12 000 papillomavirus. Ces derniers favorisent presque tous le cancer du vagin ou de l'anus ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article

commentaires