Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 19:57

La dengue est une infection virale endémique des pays tropicaux et elle serait, d’après l’OMS, l’arbovirose la plus répandue dans le monde avec une population exposée de plus de 3 milliards d’individus.

 

Elle est transmise à l’homme par l’intermédiaire de la piqûre d’un moustique du genre  Aedes, vivant plus particulièrement  en milieu urbain ou semi-urbain.

 

Il existe 4 sérotypes du virus. On considère actuellement que la primo-infection par l’un des sérotypes est souvent asymptomatique. Elle produit une immunité durable mais contre ce seul sérotype, sans immunité croisée. C’est l’infection  secondaire  par un des autres sérotypes qui conduit alors aux atteintes les plus graves.


La circulation de la dengue est devenue très active en Martinique et l’ampleur de l’épidémie qui en résulte a confronté de nombreux médecins et notamment des urgentistes à un grand nombre de cas de maladie fébrile aiguë.


Cette étude observationnelle et prospective réalisée dans le service des urgences pour adultes de l’hôpital universitaire de Fort de France a permis de préciser les tableaux cliniques rencontrés et d’en tirer certaines leçons en terme de prise en charge thérapeutique.


Tous les patients présentant une maladie fébrile et un diagnostic confirmé de dengue (identification  de l’acide ribonucléique par RT-PCR) ont été inclus. Une classification rétrospective des cas selon la présentation clinique initiale à l'arrivée aux urgences a ensuite été établie.


Entre janvier 2005 et décembre 2010, 715 patients ont ainsi été recrutés dont 332 hommes, âgés de 14 à 91 ans (médiane 35 ans). 


Une forme grave est documentée dans 332 cas (46,4 %) et résulte soit d’une infection par le sérotype 2, soit est associée à une infection secondaire et en ce cas, tous les sérotypes peuvent être en cause.

Les formes  hémorragiques ou avec un syndrome de choc ont concerné 104 cas sur 332 soit  31,3 %, des saignements graves sont survenus chez 9 patients (2,7 %), et une défaillance d’organe aiguë chez 56 soit 16,9 %. Sept patients de ce groupe avec manifestations sévères sont morts.

Les autres malades avec une atteinte sévère (171 soit  51,5 %) ont présenté des symptômes de malaise général avec pré syncope, une asthénie intense, des symptômes gastro-intestinaux  prolongés et une hypotension. 

Un tel tableau a été retrouvé pendant chacune des différentes épidémies et semble être associé à la déshydratation et la perte d'électrolytes liées à l’intensité de la fièvre et aux difficultés de réhydratation orale. Ces manifestations sont rapidement réversibles en 24 heures sous simple perfusion de solution saline.

Ce groupe de malades n'a pas les caractéristiques d’augmentation de la perméabilité capillaire ou de fuite plasmatique, et se différencie des autres cas sévères chez lesquels une réhydratation peut induire œdèmes, ascite, épanchement pleural et détresse respiratoire aiguë.


En conclusion, la dengue adopte une large gamme de présentations cliniques.

Dans cette série monocentrique, environ la moitié des patients sévères à l’arrivée aux urgences ont récupèré rapidement grâce à une réhydratation intraveineuse.

 

 

Dr Béatrice Jourdain Publié le 01/01/2012

 

Thomas L et coll : Clinical Presentation of Dengue Among Patients Admitted to the
Adult Emergency Department of a Tertiary Care Hospital in Martinique: Implications for Triage, Management, and Reporting. Ann Emerg Med., 2012; 59: 42-50.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article

commentaires

ameli 16/02/2012 14:03

Comme est il arrivé en France alors que ce n'est même un pays tropicaux?