Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 16:25

Les maladies cardiovasculaires sont une cause de mortalité majeure pour les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde (PR) et les dyslipidémies, un facteur de risque de ces affections cardiovasculaires. Ces dyslipidémies sont favorisées par la PR et en partie liées au syndrome inflammatoire. Il serait donc bon de recourir à des traitements efficaces à la fois sur la PR et sur les dyslipidémies. 

Or, l’hydroxychloroquine (HCQ), traitement de fond ancien de la PR semble avoir un effet favorable sur le profil lipidique des sujets lupiques, et donc pourquoi pas dans la PR, hypothèse que les auteurs examinent dans cette étude.

Il s’agit d’une étude de 1 539 patients atteints de PR recrutés et suivis entre 2001 et 2008 dont 706 disposent de dosages biologiques établissant leur profil lipidique [cholestérolémie totale (CT) et ses fractions (LDL et HDL), triglycéridémie (TG)]. 

Plusieurs dosages sont disponibles par sujet, soit 2 851 dosages au total.

Deux cent cinquante-six patients (36 %) ont reçu de l’HCQ à des doses jugées optimales (6,5 mg/kg/j). Par rapport aux malades ne recevant pas d’HCQ, il s’agit plus souvent de jeunes femmes, ayant été traitées ou encore traitées par méthotrexate, mais sans aucun profil lipidique particulier.

Après ajustements sur l’âge, le sexe, l’indice de masse corporel, l’HTA, le diabète, les traitements, l’utilisation d’HCQ est associée à une diminution du LDL de 7,55 mg/dl (<0,001), sans augmentation significative du HDL (ns, p=0,2), à une diminution du CT de 7,7 md/dl (p=0.002), sans modification des TG (10,91 mg/dl ; ns, p=0,06).
Ainsi, le rapport LDL/HDL évolue significativement favorablement (p=0,008).

Cette étude donne une piste pour utiliser de nouveau l’HCQ, longtemps prescrit en traitement de fond de la PR, mais en perte de vitesse ces dernières années, à la suite de l’apparition des biothérapies. 

Son mécanisme d’action est imparfaitement connu, passant au moins partiellement par une inhibition de la synthèse hépatocytaire du CT. 

Il faut noter qu’il n’y a pas eu de tirage au sort du traitement ou non par HCQ, ce qui peut introduire un biais. En effet, on peut supposer que les PR sous HCQ sont les moins sévères et les conclusions ne sont donc pas obligatoirement extrapolables à toutes les PR.

 

Dr Laurent Laloux

 

Morris SJ et coll : Hydroxychloroquine use associated with improvement in lipid profiles in rheumatoid arthritis patients. Arthritis Care & research. 2011; 63 : 530-534


 

Publié le 20/09/2011

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article

commentaires