Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 16:55

A côté de la fièvre et des diarrhées, les affections cutanées sont méconnues, mais pourtant responsables de 10 % des consultations au retour du voyage.


Parmi 34 162 voyageurs revenant de pays tropicaux et non tropicaux et se présentant à une consultation spécialisée de l’Université de Munich entre 1999 et 2009, 4 158 (12,2 %) ont été diagnostiqués avec des affections cutanées. Les principales destinations visitées étaient l’Asie (40 %), l’Afrique (27 %) et l’Amérique Latine (21 %), majoritairement (47 %) au cours d’une randonnée ou d’un voyage « d’aventure ». Les principales étiologies étaient bactériennes (22 %), helminthiques (11 %), en rapport avec des arthropodes (23 %), ou des protozoaires (6 %), virales (6 %), allergiques (5 %) et fongiques (4 %).


Les différents agents étiologiques étaient associés à des destinations spécifiques : les piqûres d’insectes (17 % des cas) étaient significativement plus élevées au retour d’Europe du Sud, le larva migrans cutané (8 %) au retour d’Asie et Amérique latine, la leishmaniose cutanée (2,4 %) au retour de la Méditerranée ou du Moyen-Orient, la dengue (1,5 %) au retour d’Asie et les rickettsioses (1,3 %) au retour d’Afrique australe. La filariose, la schistosomiase et la tungose (infection de la puce chique), plus rares, correspondaient à un retour d’Afrique, les piqûres de tiques d’Europe de l’Est, et les myases d’Amérique centrale. Les infections bactériennes (21,6 %) étaient majoritairement des pyodermites à germes Gram positifs.


Le risque relatif [RR] de contracter une affection cutanée était le plus élevé au retour d’Afrique Centrale (RR = 8), d’Afrique de l’Ouest (RR = 6,92), d’Afrique de l’Est (RR = 4,88), et d’Amérique Centrale (RR = 3,62). La durée de voyage pouvait être associée à certains pathogènes, mais la destination était un facteur confondant empêchant d’interpréter cette corrélation.


Cette étude démontre que plus de 20 % de toutes les affections de la peau chez les voyageurs au retour étaient causées par des arthropodes et environ 50 % par des agents infectieux. La prévention de ces infections est possible par des mesures de précaution simples. Les consultations des voyageurs devraient donc prendre en compte le risque important d’infection cutanée et inclure des conseils de prophylaxie spécifiques aux agents pathogènes en fonction de la destination annoncée.

 

 

Dr Muriel Macé Publié le 27/12/2011

 

Herbinger KH et coll. : Skin disorders among travellers returning from tropical and non-tropical countries consulting a travel medicine clinic. Trop Med Int Health 2011 (16) n°11 : 1457-1464.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires