Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 08:06
Danger Anti Depresseur: (CYP) Du risque de torsade de pointe sous oméprazole et escitalopram 11/07/2014 En 2011 et 2012, la Food and Drug Administration (FDA) pointe le risque d’allongement de l’espace QT à l’ECG (en lien avec le risque de torsade de pointe potentiellement mortel) dont est responsable le citalopram, un antidépresseur inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS). La FDA limite alors les posologies de citalopram et d’escitalopram (son racémique, une molécule deux fois plus active pour la même dose) respectivement à 20 mg et 10 mg par jour chez le patient de plus de 60 ans ou traité par un inhibiteur du cytochrome P450 (CYP) 2C19. Il est ainsi connu que l’oméprazole augmente les effets pharmacologiques du citalopram. Cet effet n’avait pas encore été montré avec l’escitalopram. Une équipe espagnole de pharmaciens et gériatres ont conduit une étude prospective de six mois au sein d’une population de patients de plus de 60 ans (n = 23) afin d’évaluer l’allongement de l’intervalle QT comme marqueur d’une augmentation de la demi-vie de l’escitalopram (10 mg par jour) lorsqu’il était associé à l’oméprazole (20 mg par jour). Il existait un groupe contrôle au sein du même service. Les deux groupes présentaient le même risque statistique de survenue d’allongement de l’intervalle QT, à l’exception de l’interaction supposée entre l’oméprazole et l’escitalopram. L’oméprazole augmente la toxicité de l’escitalopram L’intervalle QT était mesuré 15 jours après le début de la co-administration des deux traitements. Deux méthodes de calcul du QT ont été utilisées. Sur la base d’une étude de pharmacocinétique de population de Van Gorp publiée en 2012, ils constatent que l’allongement de l’intervalle QT correspond à une dose d’escitalopram d’environ 30 mg (pour une dose réellement administrée de 10 mg) sans inhibiteur. Les résultats montrent que seule la différence d’intervalle QT entre les deux groupes de patient est significative (pour les deux méthodes). Le risque (odds ratio) pour les patients prenant les deux traitements d’avoir un intervalle du QT supérieur à 450 ms est également significatif (p < 0,005) avec les deux méthodes (Odds Ratio [OR] = 3,7 [1,5 ; 9,5]) et (OR = 2,9 [1,2 ; 7,4]). L’étude ne décrit pas en revanche de dosages sériques de l’escitalopram pour confirmer la première observation. En France, des recommandations incomplètes ? Par un courrier du 6 décembre 2011, l’ASNM (qui était encore l’AFSSaPS) restreignait également les posologies du citalopram et de l’escitalopram (mêmes doses que la FDA). En revanche, l’âge limite fixé était de 65 ans et non 60 mais surtout, le courrier ne mentionnait pas le risque lié à l’association avec un inhibiteur du CYP 2C19. Outre l’oméprazole, l’isoniazide et le kétoconazole sont également décrits comme inhibiteurs de ce cytochrome par la FDA. Florian Slimano Lozano R. et coll. : Clinical relevance of the (S)-citalopram-omeprazole interaction in geriatric patients. Br J Clin Pharmacol., 2014; 77: 1086-1087.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires