Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 17:13

Controverse sur la stimulation magnétique transcrânienne dans la dépression

 

 

L’efficacité de la stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTR)[1] sur la dépression fait actuellement débat.

Commentant une publication[2] sur ce thème, laquelle prête à cette technique une « moindre efficacité qu’une approche placebo », une équipe des Pays-Bas conteste cette appréciation hâtive et, avant de porter un jugement motivé, elle attend d’autres recherches « non seulement sur l’efficacité de la SMTR, mais aussi sur les mécanismes neuronaux impliqués, susceptibles de prédire son succès et permettre de différencier les sujets répondeurs ou non-répondeurs » à ce nouveau traitement.

Les auteurs reprochent notamment à Lepping et coll.[2] de privilégier le « sentiment clinique d’amélioration globale » (Clinical Global Impression-Improvement scores, CGI-I)[3], par rapport à la classique échelle d’Hamilton dont l’utilisation est largement éprouvée : dans l’hypothèse où le score au CGI-I constituerait réellement « une meilleure évaluation que l’appréciation de la dépression à l’échelle d’Hamilton », il y a longtemps, argumentent-ils, que « cette échelle aurait été délaissée », au profit du CGI-I !

De plus, cette valeur accordée au CGI-I pour évaluer l’efficacité de la SMTR n’est pas reconnue, à l’identique, pour jauger les traitements actuels (antidépresseurs et psychothérapies).

D’autre part, la plupart des essais thérapeutiques sur la SMTR antérieurs à 2005 portaient sur un petit nombre de sujets et sur une durée trop courte (inférieure à trois semaines), ce qui pourrait constituer un biais important dans l’analyse effectuée par Lepping et coll.[2] en méconnaissant ainsi les études plus récentes où la SMTR est proposée plutôt pendant quatre à six semaines.

Autre biais possible, la cible élective de la SMTR : elle était auparavant « trop postérieure pour atteindre la zone du cerveau recherchée », c’est-à-dire le cortex préfrontal dorsolatéral, mais cette région est désormais mieux ciblée, grâce aux progrès considérables de l’imagerie cérébrale.   

[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Stimulation_magn%C3%A9tique_transcr%C3%A2nienne
[2] P. Lepping & coll.: A systematic review of the clinical relevance of repetitive transcranial
magnetic stimulation. Acta Psychiatr Scand 2014; 130: 326–341.
[3] http://miksa.ils.unc.edu/unc-hit/media/CGI.pdf

Dr Alain Cohen JIM Publié le 05/12/2014

 

Référence

Aleman A et coll. : Editorial comment: rTMS deserves a fair chance as a novel treatment for depression. Acta Psychiatr Scand., 2014: 130: 324–325.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Les ondes
commenter cet article

commentaires