Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 17:12
Bombes aérosol : un facteur de risque de lésion oculaire à ne pas perdre de vue !

« Attention aux atteintes oculaires liés aux aérosols sous pression, et garder hors de la porté des enfants ces bombes (de peinture, d'insecticides, de produits ménagers, de mousses, laque...). » Cet appel à la vigilance et à la prévention provient d'une étude conduite par des auteurs de Providence (Rhode Island) qui, s'appuyant sur les informations d'une vaste base de données, le National Electronic Injury Surveillance System, ont examiné les données intéressant les lésions oculaires liées aux aérosols sous pression chez les enfants et les adolescents, de 0 à 18 ans, reçus en en service d'urgence aux États-Unis. 
L'étude, descriptive, menée par CJ. Seidman et coll. révèle en effet, pour la période allant de 1997 à 2009, que la moitié des atteintes oculaires examinées aux urgences, liées aux bombes aérosol, sont survenues chez des enfants et des adolescents. 
Sur 41 869 consultations aux urgences pour lésions liées à une bombe aérosol au cours de la période d'étude, 10 765 (26 %) impliquaient l'oeil. Deux caractéristiques démographiques ressortent chez les patients ayant eu ainsi les yeux touchés : la prédominance du sexe masculin (63 % des cas), et le grand nombre d'enfants et d'adolescents de moins de 18 ans (5 927 ; 55 %), dont 26 % d'enfants âgés de 0 à 4 ans. 
La plupart de ces traumatismes oculaires sont survenus au domicile (71 %), étaient le plus souvent dus à une bombe de peinture (19 %), puis par ordre de fréquence décroissante aux aérosols de produits de toilette, de nettoyants ménagers, d'insecticides... C'est le plus souvent, dans 43 % des cas, en dirigeant malencontreusement le spray vers soi que l'oeil a été touché, cette auto-projection étant en cause dans 16 % des cas chez les tout-petits, de 0-4 ans. 
En ce qui concerne les lésions, les diagnostics le plus fréquemment recensés étaient ceux de dermatite ou de conjonctivite (36 % des cas), de brûlure chimique (30 %), de contusion, d'érosion ou de corps étranger (16 %).

Les auteurs mettent l'accent sur le grand nombre d'enfants victimes de lésions oculaires par projection d'aérosols sous pression. Le nombre de cas est même peut-être sous-estimé ici, l'étude étant restreinte à ceux examinés en services d'urgence. Le mot de la fin (comme celui du début) revient à la vigilance et à la prévention.

Am J Ophthalmol. 2011 Mar 30. [Epub ahead of print]

Aerosol Container-Related Eye Injuries in the United States: 1997-2009.

Seidman CJLinakis JGMello MJGreenberg PB.

Department of Community Health, Alpert Medical School, Brown University, Providence, Rhode Island; Division of Ophthalmology, Rhode Island Hospital, Providence, Rhode Island; Division of Ophthalmology, Alpert Medical School, Brown University, Providence, Rhode Island.

PURPOSE: To quantify and characterize eye injuries related to aerosol container consumer products treated in United States hospital emergency departments (EDs) from 1997 through 2009.

DESIGN: Retrospective study.

METHODS: Descriptive analysis of aerosol container-related eye injury data derived from the National Electronic Injury Surveillance System, a stratified probability sample of hospital-affiliated United States EDs. Data collected included demographic variables (gender and age), locale, diagnoses, and hospital disposition associated with aerosol container-related eye injuries treated in United States EDs from 1997 through 2009. Products associated with injury and mechanisms of injury also were extracted and analyzed.

RESULTS: There were an estimated 10 765 (95% confidence interval [CI], 9842 to 11 688) visits to United States EDs for aerosol container-related eye injuries during the study period; 6756 (95% CI, 5771 to 7742; 63%) patients were male; 5927 (95% CI, 4956 to 6897; 55%) injuries occurred in children (age < 18 years). The most common product was spray paint, accounting for 2048 (95% CI, 1402 to 2694; 19%) injuries. The most common mechanism of injury was self-inflicted spray to the eye, occurring in 4649 (95% CI, 3746 to 5552; 43%) cases. The most common diagnosis was dermatitis or conjunctivitis, occurring in 3880 (95% CI, 2995 to 4765; 36%) cases.

CONCLUSIONS: This study suggests that most aerosol container-related eye injuries in the United States occur in men and children and that self-inflicted spray to the eye is the most common mechanism of injury. Further research is needed to devise effective prevention strategies for these types of injuries.

Published by Elsevier Inc.

PMID: 21457931 [PubMed - as supplied by publisher]

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires