Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 08:10
Benzodiazépines : l’ANSM invite à maintenir la vigilance 19/12/2012 Paris, le mercredi 19 décembre 2012 – La donnée est répétée à l’envi, jusqu’à en perdre parfois sa juste signification : les Français compteraient parmi les plus importants consommateurs de psychotropes. En réalité, les faits sont plus nuancés, comme l’ont mis en évidence plusieurs enquêtes récentes. Les psychostimulants et les médicaments de substitution aux opiacés sont ainsi bien moins répandus en France que dans d’autres pays. A contrario, en matière d’hypnotiques et d’anxiolytiques, notre pays détient souvent des records. Or, aujourd’hui, une très grande partie des anxiolytiques et hypnotiques prescrits en France sont des benzodiazépines (respectivement 83,3 et 76,3 %). Des traitements beaucoup trop longs Ce phénomène n’est pas sans conséquence en terme de santé publique. En effet, très fréquent, l’usage des benzodiazépines s’accompagne souvent d’un mésusage. Ainsi, en janvier, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) déplorait dans un rapport consacré à ces médicaments que « le temps de traitement médian est de sept mois pour une benzodiazépine anxiolytique et hypnotique », tandis qu’environ « la moitié des sujets traités le sont depuis plus de deux ans » alors que la durée maximale de prescription est limitée à 12 semaines pour les premiers et à quatre semaines pour les seconds rappelle-t-elle. Ces prescriptions prolongées apparaissent fortement problématiques en raison des effets secondaires connus de ces traitements : risques d’abus, de dépendance, de chutes ou encore de troubles de la mémoire et du comportement. C’est dément ! En outre, récemment, la possibilité d’un risque accru de démence chez les patients exposés aux benzodiazépines a été évoquée. Le professeur Bernard Bégaud (INSERM Bordeaux) a ainsi confirmé dans une étude prospective publiée en septembre dans le British Medical Journal (Benzodem) une association entre une prescription de benzodiazépine et le risque de développer une démence. Face à ces résultats, l’ANSM souligne « Même s’il est important de rappeler (…) que ces études épidémiologiques observationnelles ne peuvent pas mettre en évidence avec une certitude suffisante un lien de causalité entre la prise des benzodiazépines et la survenue d’une démence, cette association, bien que de faible intensité, vient s’ajouter aux autres risques déjà identifiés ». Des traitements efficaces à conditions que l’on respecte les règles Ces différents éléments incitent donc aujourd’hui une nouvelle fois l’ANSM à procéder à un rappel des « règles de bon usage ». Quatre recommandations sont notamment martelées : pas de systématisation de la prescription, initiation des traitements pour une courte durée, réévaluation régulière de la prescription et information précise des patients quant aux risques liés aux médicaments reçus. Le suivi de ces différentes règles devrait permettre de bénéficier de l’efficacité et de l’utilité thérapeutique des anxiolytiques et des hypnotiques, dûment démontrées, lorsqu’ils sont pris correctement. Ordonnance sécurisée ou pas ? Cette mise au point s’inscrit dans un programme de surveillance plus vaste de l’ANSM qui a multiplié cette année les interventions au sujet des benzodiazépines. On sait notamment que la possibilité d’un élargissement de l’obligation de prescription sur ordonnances sécurisées à toutes les benzodiazépines est à l’étude. Ce n’est cependant que début 2013 que l’ANSM disposera des résultats de l’enquête qu’elle a initiée sur ce point, afin de se prononcer sur la pertinence d’un tel dispositif. Aurélie Haroche

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires