Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 09:11
Augmentation de l’incidence et de la létalité des mycoses invasives en France métropolitaine L’évolution de l’incidence et de la létalité des 5 principales infections fongiques invasives (IFI) a été observée par l’Institut de Veille Sanitaire sur la dernière décennie à partir des données hospitalières françaises, dans le contexte d’une augmentation du nombre de patients immunodéprimés. Au total, 35 876 cas ont été colligés : candidémies (43,3 %), pneumocystoses à Pneumocystis jirovecii (Ppj : 26,1 %), Aspergilloses invasives (AI : 23,9 %), cryptococcoses (5,2 %) et mucormycoses (1,5 %). La létalité globale était de 27,6 % (9 889 décès hospitaliers). Pour l’ensemble des IFI, l’incidence et la létalité augmentaient sur la période (respectivement +1,5 % et +2,9 % par an). Dans le détail, l’incidence augmentait pour un 1er groupe d’IFI : les candidémies (+7,7 %/an), les AI (+4,4 %/an), et les mucormycoses (+7,3 %/an). En revanche, elle diminuait pour les PPj et les cryptococcoses (respectivement -8,5 % et -9,8 % par an). Les facteurs de risque associés au 1er groupe étaient les hémopathies malignes, les cancers des organes solides et le diabète (respectivement 28,3 % ; 22,1 % et 7,4 % des cas), tandis que la Ppj et la cryptococcose était majoritairement associées au VIH/Sida. En considérant les facteurs de risque, l’incidence de chacune des trois IFI associée aux hémopathies malignes augmentait significativement sur la période 2004-2010, ainsi que celle des Ppj associées aux greffes d’organes, cancer des organes solides et insuffisance rénale chronique. Finalement chaque année, 3 600 personnes développent des IFI en France métropolitaine, au premier rang desquelles la candidémie. La Ppj, au 2è rang avant 2004, a été progressivement remplacée par l’AI, consécutivement à l’arrivée des traitements antirétroviraux hautement actifs restaurant l’immunité des patients atteints par l’infection à VIH. Candidémies et AI sont majoritairement des infections nosocomiales, donc partiellement évitables par des mesures prophylactiques. Il est à noter que parallèlement à l’augmentation globale des IFI, les dépenses hospitalières pour les antifongiques systémiques ont progressé de 11,3 % de 2009 à 2011, rattrapant le budget consacré aux antibiotiques. Dr Muriel Macé Bitar D et coll.: Mycoses invasives en France métroplitaine, PMSI 2001-2010: incidence, létalité et tendances. Bull Epidemiol Hebdo 16 avril 2013.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires