Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 16:01

Près de 25 % des asthmes de l’adulte sont dus à l’inhalation d’allergènes professionnels dont font partie les acariens de stockage. 

 

Ils sont souvent en cause chez les ouvriers des fermes et chez les boulangers.

 

Le premier cas d’asthme dû à l’acarien Tyrophagus putrescentiae vient d’être décrit chez un livreur de jambon sec, ayant par ailleurs une allergie à la crevette.

 

Cet homme de 43 ans avait passé sa vie à Madrid où la prévalence de la sensibilisation aux acariens est basse.

 

Il était employé dans le transport des jambons secs depuis 8 ans lorsque sont apparus rhino-conjonctivite persistante modérée, prurit cutané et dyspnée s’aggravant la semaine pour s’améliorer le week-end et pendant les vacances.

 

Deux ans plus tard il a présenté 2 épisodes de prurit oral et d’angio-œdème des lèvres immédiatement après avoir mangé des crevettes bouillies.

 

Il mangeait sans problème des céphalopodes, des mollusques et du jambon sec, celui qu’il livrait y compris.

 

Les prick-tests cutanés étaient positifs pour Dermatophagoides pteronyssinus, Dermatophagoides farinae, Dermatophagoides microceras, Tyrophagus putrescentiae, Acarus siro, Lepidoglyphus destructor, Euroglyphus maynei, Blomia tropicalis et crevette. Ils étaient négatifs pour chat, chien, moisissures.

Un prick to prick avec le jambon en question était négatif pour la viande elle-même mais positif pour la croûte du jambon.

Le taux des IgE spécifiques pour T putrescentiae était à 12,5 kUA/L et celui des IgE pour la crevette 3,11 kUA/L alors qu’il n’y avait pas d’IgE pour rPen a 1 (tropomyosine de la crevette brune), Penicillium notatum, Aspergillus fumigatus et Alternaria alternata.

Spirométrie et rhinométrie étaient normales mais le test de provocation à la métacholine était positif tout comme le test de provocation bronchique avec un extrait commercial de T putrescentiae.

L’examen d’un échantillon de jambon a mis en évidence une importante contamination par des acariens de type Tyrophagus.

Les dosages d’IgE spécifiques de  nPen m 1 (tropomyosine de la crevette tigre géante) et de nPen i 1 (tropomyosine de la crevette blanche indienne) étaient positifs.

Des tests in vitro ont montré une réactivité croisée faible entre T putrescentiae et la crevette.

Des allergènes autres que la tropomyosine pourraient être impliqués.

 

 

Dr Geneviève Démonet Publié le 19/10/2012

 

Rodriguez del Rio P et coll. : Occupational Asthma Caused by the Inhalation of Tyrophagus putrescentiae Allergens in a Dry-Cured Ham Transporter Allergic to Shrimp. J Investig Allergol Clin Immunol., 2012; 22: 383-384.


Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires