Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 11:30

Une étude parue dans PloS One qui « confirme une nouvelle hypothèse d'évolution d'Alzheimer selon laquelle [la maladie] se propagerait d'une zone à l'autre du cerveau en suivant les branchements entre les cellules cérébrales comme une infection ».
Ce travail américain se penche sur « une protéine anormale - tau - dont l'agrégation sous forme de filament étouffe et détruit progressivement l'ensemble des cellules nerveuses ou neurones. Cette découverte laisse penser que bloquer ce processus suffisamment tôt pourrait empêcher la propagation de cette maladie dévastatrice et incurable ».
« les chercheurs ont développé des souris transgéniques porteuses du gène produisant une forme anormale de la protéine humaine tau dans le cortex entorhinal, important pour la mémoire. Les cerveaux de ces souris ont été analysés à différents moments au cours d'une période de 22 mois pour établir la carte de la progression de la protéine tau ».
« Ils ont constaté qu'au fur et à mesure que ces souris vieillissaient, cette protéine se propageait le long d'un passage anatomique depuis le cortex entorhinal jusqu'à l'hippocampe puis au néocortex »

Le Dr Karen Duff, professeur de pathologie en psychiatrie à la faculté de médecine de l'Université Columbia et principal auteur de ce travail, remarque que « cette progression est très similaire à ce que nous voyons aux premiers stades de la maladie d'Alzheimer chez les humains ».


Les auteurs « ont aussi trouvé des indications laissant penser que la protéine tau se déplaçait d'un neurone à l'autre via les synapses, sorte de lien entre ces cellules cérébrales que celles-ci utilisent pour communiquer entre elles ».


Le Dr Duff estime que « si nous trouvons le mécanisme par lequel tau se propage d'un neurone à l'autre on pourra potentiellement empêcher cette protéine anormale de passer d'une cellule nerveuse à l'autre via les synapses en recourant peut-être à une forme d'immunothérapie. [Ainsi] la maladie ne se répandrait pas aux autres régions du cerveau ce qui est lié à des formes plus graves de démence ».


« les agents utilisés actuellement dans les scanners ne permettent pas de voir la protéine tau mais seulement les plaques de bêta-amyloïde, seules également à être ciblées par les traitements actuels ».

 

J Biol Chem. 2012 Jan 20;287(4):2678-88. Epub 2011 Dec 1.

Comparative lipidomic analysis of mouse and human brain with Alzheimer disease.

Source

From the Departments of Pathology and Cell Biology and.

Abstract

Lipids are key regulators of brain function and have been increasingly implicated in neurodegenerative disorders including Alzheimer disease (AD). Here, a systems-based approach was employed to determine the lipidome of brain tissues affected by AD. Specifically, we used liquid chromatography-mass spectrometry to profile extracts from the prefrontal cortex, entorhinal cortex, and cerebellum of late-onset AD (LOAD) patients, as well as the forebrain of three transgenic familial AD (FAD) mouse models. Although the cerebellum lacked major alterations in lipid composition, we found an elevation of a signaling pool of diacylglycerol as well as sphingolipids in the prefrontal cortex of AD patients. Furthermore, the diseased entorhinal cortex showed specific enrichment of lysobisphosphatidic acid, sphingomyelin, the ganglioside GM3, and cholesterol esters, all of which suggest common pathogenic mechanisms associated with endolysosomal storage disorders. Importantly, a significant increase in cholesterol esters and GM3 was recapitulated in the transgenic FAD models, suggesting that these mice are relevant tools to study aberrant lipid metabolism of endolysosomal dysfunction associated with AD. Finally, genetic ablation of phospholipase D(2), which rescues the synaptic and behavioral deficits of an FAD mouse model, fully normalizes GM3 levels. These data thus unmask a cross-talk between the metabolism of phosphatidic acid, the product of phospholipase D(2), and gangliosides, and point to a central role of ganglioside anomalies in AD pathogenesis. Overall, our study highlights the hypothesis generating potential of lipidomics and identifies novel region-specific lipid anomalies potentially linked to AD pathogenesis.

PMID:
 
22134919
 
[PubMed - in process] 
PMCID: PMC3268426
 [Available on 2013/1/20]

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires