Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 20:23

Ajouter du lithium à l’eau de boisson ?

On se souvient peut-être qu'au début du XXème siècle, les autorités des cantons helvétiques proposèrent d'ajouter de l'iode dans l'eau bue en Suisse ou dans le sel de table, afin de prévenir les carences en iode[1] risquant d'entraîner des insuffisances thyroïdiennes et leurs conséquences fâcheuses (notamment en matière d'efficience intellectuelle).
Tout en saluant son intérêt épidémiologique, le Pr. Jean Bernard[2] évoquait cette démarche préventive comme l'exemple d'une situation préoccupante pour les droits de l'homme : l'enfer étant pavé de bonnes intentions, même une démocratie comme la Suisse pouvait ainsi imposer une altération occulte de l'environnement (en l'occurrence, une modification qualitative de la teneur en iode de l'eau et du sel, sans l'accord explicite des consommateurs intéressés, malgré cette louable préoccupation pour leur santé).

Comme le montre un éditorial au titre un peu provocateur dans The Australian & New Zealand Journal of Psychiatry, (« Devrait-on ajouter du lithium à l'eau de boisson ? »), un débat analogue existe aujourd'hui avec une éventuelle adjonction de lithium à titre d'« alicament. »

L'auteur s'appuie sur une étude réalisée à Boston (États-Unis) montrant le bénéfice de « traces de lithium dans l'eau de boisson » pour réduire l'incidence de la démence sénile et d'autres problématiques psychiatriques ou sociétales (suicides, homicides, mortalité générale)[3].

Cette recherche constitue en fait une méta-analyse de 24 études sur ce thème confirmant « l'intérêt apparent du lithium, à la fois dans sa posologie (thérapeutique) standard et à l'état de traces » dans plusieurs domaines : réduction de l'incidence des démences, des suicides, des crimes…

Les auteurs précisent que les essais cliniques réalisés dans la maladie d'Alzheimer ont retrouvé « au moins quelques bénéfices cliniques ou biologiques », en comparant l'apport de lithium à un placebo. Mais ces conclusions doivent être étayées par des recherches ultérieures, notamment pour évaluer, dans la prévention de la démence, le bénéfice possible du lithium à l'état d'oligo-élément.

[1] http://whqlibdoc.who.int/bulletin/1953/Vol9/Vol9-No2/bulletin_1953_9(2)_259-273.pdf
[2]
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Bernard_(m%C3%A9decin )
[3] Sivan Mauer & coll.: Standard and trace-dose lithium: a systematic review of dementia prevention and other behavioral benefits. Aust N Z J Psychiatry, 2014; 48: 809-818.

  • JIM
  • 3 oct 2014

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires