Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 10:26
Chaque année des centaines de milliers de jeunes filles se prémunissent contre le cancer du col de l’utérus grâce au vaccin contre le virus papillomavirus humain (ou HPV) disponible depuis 2006.

Mais ce virus, qui est l’une des infections sexuellement transmissibles les plus courantes, n’atteint pas que les zones génitales. Rien qu’aux Etats-Unis, on compterait 16 millions de personnes (soit 7% de la population âgée de 14 à 69 ans) infectées au niveau de la bouche et de la gorge. Et là aussi, le virus peut, potentiellement, dégénérer en cancer.

Avec le tabagisme et l’alcool, le papillomavirus est maintenant reconnu comme l’une des causes majeures de cancer de la gorge -maladie en hausse constante dans les pays développés.

Que l’on rassure cependant : le papillomavirus n’est pas systématiquement synonyme de cancer, et heureusement. La plupart des personnes infectées ne développeront jamais de tumeur, et dans la majorité des cas le virus se résorbe de lui-même.

Aussi, sur les 16 millions d’Américains infectés, seuls 15 000 développeront un cancer lié au virus.

Cependant, les risques de cancer restent 32 fois plus élevés chez les personnes infectées par le virus. C’est trois fois plus que les fumeurs.

Malheureusement, les tests buccaux coûtent chers ; ce n’est donc pas de sitôt que l’on verra une campagne de dépistage à grande échelle.

Ecrit par Yasmine Belkassem

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires