Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 07:56
La vitamine D jouerait un rôle dans la pathogénie de la neuropathie diabétique Le rôle de la vitamine D a été longtemps confiné à l'homéostasie phosphocalcique. Ce temps est révolu et il est désormais clair que celle-ci agit au niveau de nombreux organes-cibles. Les études menées chez l'animal, dans divers modèles de diabète, suggèrent que les analogues de la vitamine D peuvent stimuler la production du NGF (nerve growth factor). Ce dernier est nécessaire au développement et à la survie de certains neurones sympathiques et sensoriels. La prévalence de la carence en vitamine D est en outre élevée au cours du diabète de type 2, au point qu'il est tentant d'y voir un prélude à la neuropathie diabétique (ND) au travers d'un déficit potentiel en NGF. Les résultats de deux études, dont l'une randomisée, tendent à étayer cette hypothèse. Une troisième étude, de type cas-témoins celle-là, apporte sa contribution. Elle a consisté à comparer la fréquence de la carence en vitamine D chez 210 patients atteints d'un diabète de type 2 compliqué ou non d'une ND et, de ce fait, répartis en deux groupes (respectivement ND+, n = 87 et ND-, n = 123). Les symptômes neurologiques ont été pris en compte au moyen de scores cliniques spécifiques, cependant que la vitesse de conduction nerveuse était systématiquement mesurée au niveau des membres. Les taux sériques moyens de vitamine D se sont avérés plus bas dans le groupe ND+ (36,9 ± 39,9 versus 58,32 ± 58,9 nmol?l dans le groupe ND-). La prévalence de la carence vitaminique a été estimée à 81,5 % dans le groupe ND+, vs 60,4 % dans l'autre groupe (p<0,05). Des corrélations significatives (p<0,05) ont été en outre établies entre les taux de vitamine D et ceux des variables biologiques suivantes : cholestérol total, LDL-cholestérol et rapport microalbuminurie/créatinine urinaire. Par ailleurs, une analyse par régression logistique binaire a montré que la ND était significativement associée au déficit en vitamine D, l'odds ratio correspondant étant en effet de 3,47, après prise en compte des facteurs de confusion potentiels suivants : ancienneté du diabète, HbA1c et LDL-cholestérol. L'association entre la carence en vitamine D et la prévalence de la ND semble indéniable, mais il est clair que le lien de causalité reste à établir. Certes, il existe d'ores et déjà une étude randomisée qui va dans ce sens au travers de résultats significatifs. Si elle démontre que l'administration locale de la dite vitamine est à même de réduire les symptômes de la ND, il faut maintenant s'assurer qu'un traitement per os est capable de freiner ou de retarder l'apparition de cette complication redoutable de la maladie diabétique. Shehab D et coll. : Does Vitamin D deficiency play a role in peripheral neuropathy in Type 2 diabetes? Diabet Med., 2012; 29: 43-49. 18/03/13 Dr Philippe Tellier

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article

commentaires