Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 08:23
C’est une « découverte » qui passionne tant les Américains qu’elle a été reprise par plusieurs media grand public et de nombreux sites spécialisés dans la communication médicale : la curcumine (issue du curcuma) empêche le virus de la fièvre de la vallée du Rift de se multiplier dans un modèle cellulaire expérimental. Suit la description des mécanismes en jeu, tels que décryptés par les auteurs du G. Mason University, USA : la curcumine développerait son effet inhibiteur en interférant avec les mécanismes de phosphorylation IKK.β2 de la protéine virale NSs, avec altération du cycle cellulaire normal. Un phénomène qui a pu être retrouvé aussi avec la souche virale ZH501, hautement virulente ; enfin, nec plus ultra, la curcumine « down- régulerait » la réplication virale dans le foie de souris expérimentalement infectées. CQFD. La curcumine, donc, douée d’une efficacité antivirale remarquable ? A. Narayanan, première auteure de l’article, est d’origine indienne et à ce titre élevée au curcuma, ce qui a certainement été une grande motivation pour elle. Son remarquable travail, cependant, confirme encore une fois que le curcuma, épice ancestrale majeure de la médecine ayurvédique, pourrait être douée d’activités anti infectieuses –en l’occurrence antivirales- remarquables. Une recherche bibliographique rapide semble confirmer le fait, avec pour l’exemple deux publications particulièrement contributives. La première, réalisée par D-Y Chen et al., de Taiwan (Food Chemistry, 119 ; 1346-51), démontrait en 2010 qu’un traitement à la curcumine 30 µM réduisait de 90 % la production de virus grippaux d’une culture cellulaire, les auteurs évoquant en outre un effet direct de la curcumine sur l’infectiosité de particules virales H1N1 ou H6N1. La seconde, la même année (Zandi K et al, Nat Prod Commun), comparait l’activité de plusieurs produits naturels sur des cellules Vero infectées au virus herpes simplex HSV-1, et montrait que les meilleurs effets étaient obtenus par la curcumine et ses dérivés… Nombreux sont les Indiens qui soignent, depuis longtemps, leurs maux de gorge et autres syndromes grippaux en absorbant leur dose quotidienne de curcuma. La science semble aujourd’hui leur donner raison, et les dérivés du curcuma promis à un bel avenir. A. Narayanan souhaite poursuivre ses recherches avec d’autres virus, Bunyavirus, alphavirus (encéphalite équine) et même retrovirus (dont le VIH). On attendra les résultats de ses travaux avec intérêt. Dr Jack Breuil 11/09/2012 Narayanan A et coll. : Curcumin inhibits Rift valley fever virus replication in human cells. J Biol Chem., 2012 ; publication avancée en ligne le 30 juillet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires