Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 07:30
L’organisation de nos sociétés modernes est propice à la propagation des virus. Dans son rapport consacré à la menace représentée par les maladies infectieuses émergentes, le sénateur Fabienne Keller (UMP) a ainsi listé l’ensemble des phénomènes qui pourraient aujourd’hui faciliter l’apparition de nouvelles infections. Aux nombreux maux déjà associés à la déforestation s’ajoute ainsi le fait qu’elle entraîne un rapprochement des hommes avec la faune sauvage, proximité qui peut favoriser l’émergence de nouvelles maladies transmises de l’animal à l’homme. Par ailleurs, la mondialisation des échanges contribue à une circulation augmentée des virus : l’exemple du virus du West Nile, dont le moustique vecteur est sans doute arrivé par bateaux sur les côtes américaines est à cet égard édifiant. Enfin, les déplacements de population et les changements climatiques seraient également des phénomènes propices à l’émergence de nouvelles menaces infectieuses. Les virus, déjà un fléau au XXème siècle Ces dernières décennies ont d’ailleurs donné de nombreux exemples de la vulnérabilité de la population humaine qui est loin d’en avoir fini avec le risque infectieux. Ainsi, entre 1940 et 2004, rappelle le rapport de Fabienne Keller « 335 nouvelles maladies infectieuses ont été découvertes ». Elle note également que plusieurs virus comptant parmi les plus connus et les plus redoutés (d’Ebola au VIH en passant par les orthopoxvirus et les filovirus) n’ont été découverts qu’à partir de la deuxième moitié du XXème siècle. Informer avant la crise Ce constat établi, demeure la question des solutions pouvant être adoptées pour prévenir au maximum les nouveaux fléaux qui ne devraient pas manquer de s’abattre sur nous prochainement. Fabienne Keller note que les récentes alertes (telle celle heureusement faiblement meurtrière de la grippe A) nous ont permis de tirer quelques leçons, concernant notamment l’importance d’adapter la communication aux évolutions de la crise et surtout d’éduquer en amont les populations, afin notamment d’amoindrir l’influence d’autres canaux d’information tels qu’internet. Le retour de la quarantaine ? Au-delà de ces réflexions, Fabienne Keller propose d’étudier « dix leviers d’action pour lutter contre les nouvelles menaces des maladies infectieuses émergentes ». Sensibiliser les populations en amont, agir directement sur les phénomènes pouvant favoriser l’apparition de nouvelles infections, faire de la prévention des maladies infectieuses « une grande cause collective » et améliorer l’information des populations du Nord mais aussi du Sud sur les pathologies comptent parmi ses principales propositions. Elle invite également à s’interroger sur la pertinence de « réintroduire des protocoles classiques de lutte contre les pandémies (isolements, quarantaines, hygiène publique) » et souligne l’importance de « réguler les mouvements de praticiens » entre le Sud et le Nord afin de ne pas laisser les états pauvres à la merci d’épidémies qui pourraient les toucher plus lourdement encore que les pays riches. Aurélie Haroche

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires