Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 06:58
Le microbiote se construit à partir de la naissance jusqu'aux alentours de 36 mois © Sipa La flore intestinale qui tapisse notre système digestif pourrait être à l’origine du développement de l’autisme. Ce soir à 22h25 sur Arte. A propos de l’autisme, maladie présumée psychique, c’est le microbiote intestinal qui est mis ici en vedette. Autrefois, on parlait de flore intestinale : un ensemble de bactéries complices qui tapissent notre système digestif et sont indispensables à la digestion. Aujourd’hui, on admet qu’il s’agit d’un véritable organe, lequel n’a rien de banal puisqu’il contribue – tout autant que le génome – à la définition de notre personnalité biologique, et participe à de multiples interactions avec le reste de l’organisme, dont le cerveau. Spécifique à chaque individu, ce microbiote se construit à partir de la naissance, et jusqu’aux alentours de 36 mois, au hasard des microbes rencontrés. Il est constitué d’environ 100 000 milliards de microorganismes, soit dix fois plus que le nombre total de nos cellules. Il aurait donc été étonnant qu’il se contente d’un rôle banal et subalterne, limité à de vulgaires fonctions digestives. Des travaux récents montrent que, par la façon dont il métabolise les aliments, il s’avère déterminant dans la maladie de Crohn, le diabète ou la tendance à l’obésité : ces bactéries, dit un spécialiste, “peuvent agir sur nos gènes, les activer ou les désactiver, avec d’éventuelles répercussions sur le cerveau”. Alors, pourquoi pas dans le cas de l’autisme ? Plutôt révolutionnaire, la “piste bactérienne” présentée ici mérite en tout cas d’être étudiée en profondeur. D’autant plus que cette maladie, jadis considérée comme rare, connaît de nos jours une véritable explosion (+ 600 % en vingt ans dans les pays industrialisés !). Or cette augmentation affecte d’abord “les communautés migrantes issues de pays non industrialisés”, comme par exemple les Somaliens de l’Ontario (Canada), qui font l’objet de nombreuses investigations scientifiques. Pourquoi ne pas supposer, en effet, que ces migrants, dont la flore intestinale – pardon, le microbiote – résulte d’une longue accoutumance aux aliments traditionnels de chez eux, sont inadaptés aux nourritures consommées à Toronto ? De telles recherches concernent tout le monde, y compris les Occidentaux, dont l’alimentation – de plus en plus industrielle – subit des mutations non prévues par notre “microbiote”. Fabien Gruhier

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires

pignet 18/06/2012 15:42

En france auprés de quel medecin doit-on s'adresser?pour que mon fils autiste puisse bénéficier du traitement antibiotique(nous habitons en bretagne dans le finistère)